Le café est une boisson consommée couramment dans le monde entier qui est intégrée à notre quotidien. Il existe différentes variétés : l’Arabica que l’on retrouve en Afrique et Amérique de Sud ou le Robusta, plus riche en caféine, cultivé en Afrique ou en Indonésie.

On l’aime avec ou sans sucre, avec ou sans lait, léger, corsé, glacé, avec des arômes de cacao, vanille, mélangé à de l’alcool ou de la crème. Chaque nationalité a ses préférences !

Il est notre ami, à dose raisonnable, pour stimuler notre motivation et notre activité quotidienne.

Le café est une boisson chaude, réconfortante, conviviale, qui fractionne notre journée en rituel apaisant. Il nous aide à faire une pause, à communiquer, à partager.

Qu’il soit pris à la maison, dans un café où l’habitude nous rassure ou entre ami, il devient indispensable et parfois, une addiction. Pourtant, les premiers cafés sont ingrats et amers, on cache son goût sous un flot de sucre avant de devenir « accro ».

Le café est notre ami mais aussi, à haute dose, notre ennemi. Il ne faut pas dépasser l’équivalent de trois expressos par jour sachant que le bol de café du matin est déjà équivalent à deux ou trois expressos.

Les effets du café sur l’organisme :

Le café excite le système nerveux, diminue la digestion, augmente les déchets acides et booste le cortisol et l’adrénaline. Ce phénomène va susciter une envie de sucre et une augmentation de glucose dans le sang. Une tasse de café entraîne une élimination du calcium dans les urines. Lorsque le taux de calcium diminue, la parathormone est sollicitée pour augmenter le calcium mais diminue le phosphore. Avec la répétition, on observe des pathologies de calculs rénaux, kystes ou problèmes articulaires et surtout déminéralisation. L’absorption du magnésium et du fer est également impactée par le café.

Sa richesse en caféine stimule le cerveau et le système sympathique pendant quatre ou cinq heures après son ingestion. Il faut le choisir parfumé, léger et le consommer impérativement avant 17 heures. La caféine est une molécule qui sert la plante à se défendre y compris contre les pesticides. Si le café est biologique, il est par conséquent moins riche en caféine. En cas de trouble du sommeil, on va limiter les quantités à deux cafés maximum en matinée pour éviter d’altérer tous les rythmes biologiques.

Rappelons que le café décaféiné doit être biologique et sans solvant. On va préférer les décaféinés à l’eau ou au CO2. A l’inverse, la décaféination chimique utilise un solvant cancérigène : le chlorure de méthylène (utilisé également dans les teintureries).

Et comme toujours, la qualité est indispensable.

A éviter :

  • le sucre

  • le lait : la caféine fait floculer les protéines de lait qui deviennent indigestes pour notre foie

  • le café bon marché

  • le café en machine de mauvaise qualité et pris dans des gobelets en plastique

  • le café en poudre, lyophilisé

  • les préparations industrielles

  • le décaféiné aux solvants toxiques

Les alternatives :

Pour se sevrer du café, on peut progressivement alterner avec de la chicorée, un mélange café/chicorée, du café de racines de pissenlit, du café d’orge ou d’épeautre Ils font d’excellents substituts pour diminuer progressivement la quantité de café. J’accorde ma préférence à celui de pissenlit qui est doux et goûteux et n’a pas besoin de sucre. D’autres boissons sont stimulantes comme le maté ou le thé noir à consommer avec modération.

Bonne santé !

Corinne Allioux Goldfarbe, Naturopathe Iridologue

On les appelle « Bleuets » au Canada. Les myrtilles sont des petites baies non acides bleues foncées qui apparaissent sur les marchés en été et en début d’automne. Comme toutes les baies, la richesse en antioxydants est très protectrice de notre organisme. La myrtille a de nombreuses vertus et on l’oublie bien souvent dans nos assiettes. Grâce aux différentes formes de consommation, on peut profiter de ses bienfaits toute l’année !

Ses constituants :

  • des tanins
  • des acides organiques (citrique, malique…)
  • des pectines
  • des minéraux (potassium, phosphore, calcium, magnésium…)
  • des vitamines : A, B, C, E et K
  • des flavonoïdes (anthocyanes)

Ses propriétés

Tout d’abord, la myrtille protège et assainit notre intestin. Elle régule, grâce à ses tanins, les diarrhées ou transit rapide. C’est un moyen simple et sympathique d’aseptiser les troubles intestinaux des grands et petits. Elle est aussi efficace pour toutes les inflammations des muqueuses digestives y compris de la bouche.

C’est aussi l’amie de nos yeux et plus particulièrement de la vision nocturne. Elle ralentit le vieillissement cellulaire grâce à ses nombreuses propriétés et soulage de nombreuses maladies oculaires.

Si la myrtille est mûre en été c’est aussi pour protéger la circulation veineuse de retour et les jambes lourdes, lorsque la chaleur aggrave ces phénomènes.

Elle est peu calorique et peu riche en sucre et les feuilles de myrtilles sont bénéfiques pour le diabète en régulant les taux de glycémie dans le sang.

Comment les consommer ?

On peut les consommer en baies fraîches ou sèches en hiver, en jus, en compote, en purée de fruits ou même surgelées pour les pâtisseries ou les entremets.

  • dans le petit déjeuner : écraser 1 banane bien arrosée de jus de citron, ajouter 1 cuillère à café de purée d’amande et 1 grosse poignée de myrtilles. On peut enrichir la préparation avec des noix, baies de goji…
  • au goûter : sous forme de jus (en magasin biologique) ou de compote sans sucre. L’idéal étant de faire sa propre compote maison avec quelques pommes douces auxquelles on ajoute 1 barquette de myrtilles fraîches ou surgelées. Selon les goût, on peut ajouter un peu de sirop de riz ou de miel de qualité. On peut aussi mélanger les myrtilles à un yaourt végétal ou de brebis K-philus avec un peu de sirop de riz.
  • en collation : vers 11h ou 17h on peut consommer des myrtilles fraîches avec quelques noix ou amandes
  • en dessert : je vous propose un entremet à la myrtilles sans gluten préparé en 5 minutes…
  • ½ litre de lait végétal (riz, amande, avoine, coco…)
  • 1 barquette de myrtilles fraîches ou surgelées
  • 1cuillère à café d’agar agar
  • 1 cuillère à soupe bombée de polenta
  • en option : purée d’amande et sirop de riz (ou miel liquide)
  • 4 ramequins
  1. délayer l’agar agar dans le lait froid
  2. porter à ébullition et ajouter la polenta en remuant
  3. laisser bouillir doucement 2 à 3 minutes
  4. disposer les myrtilles lavées et essorées au fond des ramequins
  5. hors du feu, on peut ajouter 1 cuillère à café de purée d’amande et une pointe de sirop de riz
  6. verser la préparation sur les myrtilles et laisser refroidir
  7. mettre au frais 2h avant de servir

La spiruline est un « super aliment » bénéfique pour tous les âges de la vie. Elle est arrivée sur terre il y a environ 3,5 milliards d’années et représente une des premières formes de vie. Elle réalise la photosynthèse grâce à l’énergie lumineuse.

C’est une algue microscopique d’eau douce, unicellulaire, en forme de spirale, d’où son nom.

naturopathie et spiruline 2

Les Mayas utilisaient la spiruline comme aliment vital, les Aztèques la mélangeaient au maïs pour obtenir une sorte de pain et les Incas se baignaient dans un lac riche en spiruline pour soigner leurs affections cutanées et articulaires. Aujourd’hui, les habitants bordants le lac Tchad, l’utilisent encore de nos jours, dans une composition appelée « Dihé », associant millet, légumes et épices.

J’ai eu la chance cet été de découvrir dans le Calvados, une ferme à spiruline : l’Eco Domaine de Bouquetot à St Pierre Azif : c’est une ferme pilote et engagée dont les productions sont labellisées Ecocert. La visite permet de comprendre les différentes étapes de culture, d’apprendre l’historique de la spiruline et ses vertus. Une dégustation permet de comparer différentes productions d’horizons divers car chaque spiruline à son propre goût. Personnellement, je l’apprécie en poudre ou en paillettes pour l’incorporer facilement à toutes les préparations : compote, houmous, tartares d’algues, pâtés végétaux, terrines, pains ou muffins….

Vous pouvez avoir toutes les informations sur leur site : http://spiru.fr/

Quels sont ses principes actifs ?

  • les protéines (60 à 70% de son poids) et tous les acides aminés essentiels
  • la phycocyanine immuno-stimulante capable d’augmenter la concentration en globules rouges
  • les acides gras (8%) dont les oméga 6 et 3
  • les stérols anti-microbiens
  • le phosphore organique
  • les vitamines : A (bétacarotène), E, B1, B2, B3, B6, B12
  • la superoxyde-dismutase puissant antioxydant naturel
  • la chlorophylle purifiante
  • les minéraux et oligoéléments : Fer, Magnésium, Calcium, Phosphore, Potassium, Zinc

Pour qui ? Pour quoi ?

  • les végétariens
  • les enfants en pleine croissance
  • les femmes enceintes ou allaitantes
  • les sportifs
  • les personnes âgées
  • les personnes qui suivent des régimes amaigrissants
  • les personnes dénutries et carencées
  • les personnes en surmenage intellectuel ou physique
  • les troubles de la mémoire
  • la spasmophilie
  • le stress
  • la fatigue
  • la prévention hivernale
  • les pathologies hépatiques
  • l’hypercholestérolémie
  • le diabète
  • la cataracte
  • l’ostéoporose
  • le cancer en soutien

La toxicité ?

Aucune !

Quel dosage ?

Il n’y a pas de risque de surdosage mais comme tout complément nutritif, il est préférable d’augmenter les quantités progressivement.

Pour tous : 1 cuillère à café bombée par jour

En cas de fatigue, convalescence ou infections : 1 cuillère à soupe rase de poudre ou bombée de paillettes (soit environ 5 grammes)

En cas de compétition sportive, de grossesse ou allaitement, surmenage ou maladie grave : 10 g ou 2 cuillères à soupe

On peut diviser les doses par 2 pour les jeunes enfants.

Profitez tous de ce super aliment pour aborder la rentrée en pleine forme !

Corinne Allioux Goldfarbe, Naturopathe Iridologue


naturopathie et spiruline

 

naturopathie et spiruline 3

C’est avec succès que je conseille le régime Seignalet en cas de pathologie Les retours sont largement positifs avec des symptômes mis « à bas bruit ». Ce système alimentaire favorise la rémission de certains troubles mais n’exclut pas le diagnostic et le suivi du corps médical.

Ce régime, mis au point par le médecin biologiste Jean Seignalet en 1985, consiste à mettre le système immunitaire au repos en supprimant certains aliments modernes. L’alimentation devient hypotoxique et diminue le passage de molécules alimentaires toxiques via la paroi de l’intestin grêle. Cette porosité de l’intestin grêle favorise l’inflammation et les maladies de civilisations.

Outre les aliments, certains facteurs favorisent le « feu » des maladies :

  • le stress
  • les médicaments
  • les parasites intestinaux
  • l’âge (jeunes enfants et personnes âgées)
  • le tabac

Qu’est ce que le régime Seignalet ?

Il consiste à :

  • l’éviction du gluten
  • l’éviction du maïs
  • l’éviction des produits laitiers animaux
  • la consommation équilibrée d’acides gras oméga 6/oméga 3
  • la cuisson à la vapeur douce
  • la prise de compléments alimentaires

Quelles sont les pathologies concernées ?

Les maladies d’encrassage :

Elles s’expliquent par des petites molécules alimentaires qui pénètrent dans l’organisme via l’intestin grêle. Elles génèrent des pollutions cellulaires qui vont donner des maladies d’encrassage : Alzheimer, amylose, angor, artérite, artériosclérose, arthrose, autisme à gluten et caséine, caries dentaires, cataracte, céphalée, certaines dépressions, diabète de type 2, dyspepsie, dystonie, fatigue chronique, fibromyalgie, glaucome, goutte, hypercholestérolémie, infection, lithiase, nodules, obésité, ostéoporose, spasmophilie, stéatose hépatique, tendinites, vieillissement prématuré…

Les maladies d’élimination :

Les polluants cellulaires vont être pris en charge par des globules blancs. Les cellules mortes vont être évacuées vers les émonctoires : peau, intestin et côlon, estomac et poumons principalement et générer des maladies d’élimination : acné, aphtose, asthme, bronchite chronique, cals, colite, conjonctivite allergique, maladie de Crohn, eczéma, gastrite, infections ORL, polypes nasosinusiens, prurit, psoriasis, rectocolite, reflux gastro œsophagien, rhinite (rhume des foins), sinusite, urticaire

Les maladies auto-immunes :

Il s’agit de grosses molécules alimentaires ou bactériennes qui pénètrent dans l’organisme via l’intestin grêle et déclenchent la fabrication d’anticorps et des réactions immunitaires importantes. Certains de ces anticorps se retournent contre l’organisme lui-même et déclenchent une maladie auto-immune : arthrite chronique juvénile (ACJ), addison, anémie de Biermer, maladie de Basedow, maladie cœliaque, dermatite herpétiforme, diabète de type 1, maladie de Gougerot, syndrome Guillain-Barré, maladie de Horton, de Lapeyronie, Lupus, polyarthrite rhumatoïde, purpura, sclérose en plaques, spondylarthrite ankylosante, thyroïdite d’Hashimoto, uvéite, vitiligo

Les lectures :

« L’alimentation ou la troisième médecine » Jean Seignalet

« Réduire au silance 100 maladies avec le régime Seignalet » Jean-Marie Magnien

« Guide pour lire, comprendre et pratiquer l’alimentation ou la troisième médecine » Dr Dominique et Anne Seignalet

« Lait, mensonge et propagande » Thierry Souccar

N’hésitez pas à me contacter au 06 65 70 94 89

Corinne Allioux Goldfarbe

Naturopathe Iridologue

Le vinaigre de cidre possède de nombreuses vertus pour améliorer la santé, il était appelé autrefois « Élixir de Jeunesse ».

Il faut savoir que jusqu’au 18ème siècle, le vinaigre de cidre était vendu chez les apothicaires.

L’intérêt principal du vinaigre de cidre vient de sa composition. Sa grande richesse en minéraux comme le phosphore, le calcium, le soufre, le magnésium, le fer, le fluor, le silicium, le bore, en vitamines, en acides essentiels, en enzymes et en pectine de pommes.

Cette composition riche fait de lui un puissant reminéralisant et antiseptique naturel qui favorise le nettoyage de l’organisme grâce à son acidité. Sa consommation régulière ne provoque ni brûlure d’estomac, ni ulcère. Bien au contraire, sa richesse en enzyme lui permet d’agir avec efficacité contre les bactéries intestinales tout en régulant l’acidité gastrique et en contribuant à l’équilibre acido basique

Vous pouvez utiliser le cidre pour :

 

  • les brûlures d’estomac
  • les intoxications alimentaires
  • stimuler la digestion
  • diminuer les flatulences et les spasmes intestinaux
  • stimuler le renouvellement de la flore intestinale
  • éviter la constipation
  • combattre la cellulite
  • agir sur les troubles articulaires (arthrite, arthrose)
  • lutter contre la goutte
  • l’élimination des toxines du sang (anti cholestérol)
  • soulager les crampes
  • stabiliser la tension artérielle
  • agir contre les infections (urinaires, inflammations buccales)
  • réduire les douleurs musculaires (entorse, douleurs, courbatures)
  • réduire la fatigue, vertige, nervosité, insomnie
  • réduire les calculs rénaux et biliaires
  • améliorer les migraines et les troubles hépato-biliaires
  • traiter les piqûres d’insectes, coup de soleil…

 

En voie interne : cure de 4 semaines

 

  • Pour drainer l’organisme : il faut commencer par 1 cuillerée à soupe 30 mn avant les repas et augmenter progressivement les doses jusqu’à 3 cuillerées à soupe par jour. Il peut être consommé seul ou mélangé à de l’eau. Aussi dans une petite d’eau à boire dans la journée

  • Il peut être aussi utilisé tout simplement sous forme de vinaigrette ou mélangé à du miel en cas d’infections hivernales.

  • Pour les problèmes de sinus, rhumes et migraines, on peut faire des inhalations de vinaigre de cidre. De deux à trois cuillères à soupe de vinaigre de cidre pour un grand bol d’eau bouillante. Se couvrir la tête au-dessus du bol et respirer les vapeurs.

  • Il ralentit la charge glycémique du repas même en petite quantité : 1 cuillère à soupe au repas

  • Il favorise l’élimination des mauvaises graisses (cholestérol et triglycérides)

  • Il renforce le capital osseux en augmentant l’absorption du calcium

En externe :

 

  • en gargarisme pour les maux de gorge : diluer 1/3 de cidre et 2/3 d’eau
  • sur la peau : pur sur les piqûres d’insectes ou coup de soleil ou dilué sur les inflammations sous forme de compresse, il ralentit le vieillissement de la peau par son action antioxydante et purifie les peaux acnéiques
  • en bains de siège : hémorroïdes, flore
  • en bain relaxant : un grand verre de vinaigre de cidre dans l’eau du bain.
  • en massage : douleur musculaire
  • en rinçage sur les cheveux pour leur donner de la brillance et de l’éclat…

 

Mais pour pouvoir bénéficier pleinement des nombreux bienfaits du vinaigre de cidre, il faut le choisir non pasteurisé, bio et 100% vieilli en fût de chêne !

Passez un bel été !

Corinne Allioux Goldfarbe

Naturopathe Iridologue 

 

 

 

Définition

 Le jeûne est l’abstinence de toute nourriture solide pendant plusieurs jours. Le jeûne oblige l’organisme privé de nourriture extérieure à aller puiser dans ses réserves. En économisant la fonction d’assimilation coûteuse en énergie, toute la force vitale est détournée vers la fonction d’élimination et de régénération. Le jeûne doit faire l’objet d’un accompagnement par votre naturopathe pour éviter tout inconvénient.

L’autolyse réalisée par le jeûne est un processus d’auto digestion : le corps se nourrit de ses propres tissus. Au début, c’est le glucose mis en réserve (glycogène) puis les protéines et en dernier les graisses.

Il est indiqué en cas d’alimentation excessive et dénaturée, de stress, de sédentarité, de contact insuffisant avec la nature, d’encrassage des organes et d’émonctoires saturés, de surcharges toxiniques, cholestérol, cellulite, de fatigue chronique, problème de vue, de perte de vitalité et chute des défenses immunitaires, kyste et fibromes…

Les saisons intermédiaires sont propices au jeûne : printemps et automne

A noter que le jeûne avec hydratation (eau) nettoie les cristaux organiques et que le jeûne sec (sans eau) évacue les déchets colloïdaux qui encombrent la lymphe.

Le jeûne sec nécessite une journée de jeûne humide la veille et le lendemain avec le même principe d’entrée et de sortie de jeûne. Il est prudent d’être encadré pour le jeûne sec.

 

Bienfaits :

  • nettoyer et régénérer son organisme et son mental
  • libérer de ses dépendances et habitudes pour repartir sur des bases saines et clarifier ses pensées
  • retrouver vitalité et tonus
  • perdre les kilos superflus
  • augmenter ses défenses immunitaires
  • prévention
  • cure de désintoxication

 

Principe :

Pour un premier jeûne à faire chez soi, il est prudent de commencer par 2 à 3 jours. Il existe en France, des centres agréés qui proposent des séjours d’accompagnement sur 6 à 12 jours.

 

  1. Préparation : 10 à 15 jours avant, réduire progressivement les aliments suivants :- tous les produits animaux : viande, poisson, œufs, fruits de mer, produits laitiers- tous les excitants : café, thé, sucre, sel, cacao, alcool

    – les graisses et huiles crues et les oléagineux

    – les céréales cuites

    – les fruits cuits

    – les fruits crus

    – consommer les aliments séparément sous forme de petites monodiètes

    – pratiquer hydrothérapie du côlon ou lavements réguliers

    – faire une cure de Charbon et Psyllium blond

    – 2 jours avant : monodiète ou bouillie cellulosique (légumes cuits dans 2 ou 3 eaux)

    – la veille : faire une purge : chlorure de magnésium à raison de 1 à 3 verres : 20g pour 1 litre ou plantes laxatives.

     

  2. Pendant :- boire de l’eau de source et des tisanes à volonté (1,5 l à 3 l par jour) ou de l’eau distillée pour un meilleur drainage- douche rectale quotidienne

    – la faim disparaît après 1 ou 2 jours

    – l’énergie remonte dès le 3ème jour

    – après 3 jours, il est préférable d’être encadré par un professionnel

    – un nettoyage du côlon est conseillé : hydrothérapie ou lavements

     

  3. Après : réintroduire progressivement la prise alimentaire- Bouillie cellulosique pendant 1 ou 2 jours- introduire ensuite : les céréales ou pomme de terre aux légumes cuits puis du cru (fruits et légumes), protéines …

Quelques manifestations au cours du jeûne :

  • baisse de tension et épuisement de la force vitale
  • humeur changée ou émotive
  • dématérialisation : effet pervers qui consiste à ne plus avoir envie de manger tellement on se sent bien
  • réveil de certaines douleurs
  • réapparition des anciennes pathologies en sens inverse de leur apparition : elles seront de moindre intensité et dureront moins longtemps
  • sensation de froid
  • langue chargée et mauvaise haleine
  • nausée et maux de tête (surtout chez les buveurs de café)
  • crise curative : il y a une libération trop rapide de toxines, ce qui peut être dangereux par les reins. Les toxines stockées sont remises en circulatoire. Il faut toujours suivre les principe de préparation et sortie du jeûne

 

Contre-indications : de façon générale, le jeûne nécessite une grande vitalité. La monodiète est une alternative dans les cas suivants :

  • insuffisance rénale
  • maladie du foie
  • diabète
  • faiblesse cardiaque
  • cancer
  • ulcère
  • tuberculose
  • décollement de la rétine
  • hyperthyroïdie
  • sclérose en plaques
  • personnes dévitalisées et épuisées ou avec une immunité affaiblie
  • personnes médicamentées lourdement
  • névroses, dépression, anxiété, boulimie ou anorexie
  • peur du jeûne
  • grossesse

 

Signaux d’alarme : le jeûne doit être interrompu en cas de :

  • crise d’acétone : les graisses sont brûlées en l’absence de sucre : stopper ou prendre 2 cuillerées de miel pour relancer le processus normal
  • insomnie persistante au delà de 2 nuits
  • migraine tenace et vertiges (forte toxémie)
  • hallucination et délires
  • bouffées d’angoisse
  • crises de tétanie répétitives
  • tachycardie tenace
  • blocage rénal
  • baisse de température avec sensation de chaleur aux extrémités alors qu’elles sont froides

Il s’agit de graines assez grosses, vertes foncées à choisir non salées en magasin biologique. Elles ont d’innombrables vertus en dehors de leur goût de noisette attrayant.

  • elles sont protectrices du système urinaire en cas d’inflammation
  • elles sont protectrices de la prostate pour leur action décongestionnante (hypertrophie bénigne, prostatite…)
  • elles sont riches en zinc qui représente une carence assez fréquente. Le zinc est protecteur de tous les systèmes (cardiovasculaire, digestif, immunitaire, nerveux, reproducteur, squelettique, tégumentaire et général en cas de fatigue)
  • elles sont idéales pour éliminer certains vers intestinaux (ténia, ascaris) : piler 30 à 50g de graines et les mélanger à du miel de qualité, les consommer en trois fois dans la journée. Prendre simultanément des tisanes laxatives (bourdaine) ou du psyllium pour une action complète. A faire 3 jours de suite.
  • elles sont calmantes pour lutter contre l’insomnie
  • elles sont laxatives en raison de la présence de fibres

Elles sont riches en protéines, minéraux (zinc, fer, magnésium, phosphore, cuivre, potassium, calcium), en vitamine A, B1 et B2 et en acide gras insaturé.

On peut les consommer entière dans une salade, des légumes cuits ou en apéritif.

On peut les consommer moulues dans une compote ou muesli au petit-déjeuner

On peut les intégrer hachées dans un pain, quiche ou cake

Les graines de courges peuvent rancir et se conservent de préférence au réfrigérateur dans un bocal en verre.

L’huile de graines de courge est riche en oméga 3 et 6 et possède également les mêmes propriétés et peut être utilisée en complément pour renforcer l’action des graines. L’huile est aussi efficace contre les aphtes et inflammation de la bouche. Il faut la choisir biologique et pressée à froid et la conserver au réfrigérateur.

Bon Appétit !!

Corinne Allioux Goldfarbe

Naturopathe Paris et Saint Mandé

 

 

Le stress, l’alimentation carencée et industrielle, les pollutions diverses favorisent l’acidose. C’est un déséquilibre très courant qui regroupe diverses symptômes. Il existe des tests (bilan Oligoscan, test urinaire) et un questionnaire pour savoir si vous êtes concernés. Il existe enfin, en naturopathie, des moyens naturels pour rétablir cet équilibre fondamental.

 Définition :

L’acidose est donc l’envahissement du tissu conjonctif par les acides. Le tissu conjonctif est une structure de soutien de tous les organes. Il assure un bonne oxygénation cellulaire, une alimentation et hydratation des organes ainsi que l’élimination des déchets.

En cas de carence de vitamines, enzymes et micronutriments, le cycle énergétique de Krebs se bloque au stade « acide » ce qui entraîne la mort de la cellule et la fixation d’acide sur les fibres de ce tissu conjonctif qui est moins performant pour les échanges indispensables aux organes.

C’est à ce niveau que les bases alcalines (nos minéraux) vont être sacrifiées pour maintenir le Ph.

  1. Symptômes de l’acidose

    Les symptômes généraux sont multiples mais il suffit d’avoir dans le présent ou le passé, quelques uns des troubles, que je vais vous énumérer, pour avoir un terrain acide :

  • État général : fatigue constante et manque d’énergie, difficulté à la récupération, coup de pompe, perte de tonus, frilosité, perte de poids et tendance aux infections

  • État psychique : tendance dépressive, tristesse, idée noire, nervosité et agitation, sensibilité au bruit et au stress

  • Tête : pâleur, maux de tête, yeux larmoyants et sensibles, conjonctivite, kératite, blépharite

  • Bouche : salive acide avec sensibilité des gencives, aphtes, infections récidivantes

  • Dents sensibles au chaud et au froid, carie

  • Estomac : reflux acides, spasmes, gastrite et ulcère

  • Intestins : brûlure rectale, fistule ou fissure, tendance diarrhéique, crampe et douleur

  • Reins et vessie : irritation et brûlure

  • Voie respiratoire : goutte au nez, sinusite, angine, laryngite, tendance allergique

  • Peau, ongles, cheveux : peau sèche, rouge et irritée, sudation acide et irritante, fissure, eczéma, démangeaison, mycose, ongles dédoublés et cassants, cheveux ternes qui tombent en quantité trop importante

  • Muscles : crampe et spasme, contracture au niveau de la nuque,

  • Système osseux et articulaire : déminéralisation, ostéoporose, craquement des articulations, blocage vertébraux, lumbago, inflammation des ligaments, douleur articulaire et lombaire

  • Système circulatoire : hypotension, frilosité, anémie, engelure

  • Glandes endocrines et organes génitaux : accélération de la glande thyroïde, inflammation des voies génitales avec perte blanche chez les femmes

  • Système nerveux : névralgie, insomnie, sensibilité accrue à la douleur

  1. Moyens de lutte de l’organisme contre l’acidose

    Notre organisme a principalement 2 moyens pour se désacidifier :

    – rejeter les acides vers l’extérieur du corps grâce aux reins, à la peau et aux poumons

    – neutraliser les excès d’acide en formant un sel neutre grâce au système tampon : association d’un acide et d’une base (à partir de minéraux basiques dans les organes)

  2. Les tests et questionnaires

On peut se faire une idée précise de son terrain à l’aide de quelques tests et questionnaires.

Tout d’abord, le test du pH urinaire réalisé à l’aide de « papier tournesol » vendu en pharmacie. Ce test est simple à réaliser chez vous, sur une semaine, grâce à un tableau qui centralise les informations.

Il faut ensuite analyser les symptômes dont je vous ai déjà parlé à l’aide d’un questionnaire.

Le bilan Oligoscan permet de mesurer les carences ou excès de minéraux, oligoéléments et métaux lourds.

Il faut enfin analyser l’alimentation et le mode de vie de façon précise. C’est un travail que je vous propose en consultation.

  1. L’alimentation et l’acidose

    Pour mettre en place une alimentation adaptée, il faut distinguer les aliments en 3 catégories : les aliments acides, acidifiants et alcalinisants.

  2. Les aliments acides

    Il s’agit principalement d’aliment végétal produisant des acides faibles. Les personnes métabolisant correctement ces acides en les oxydant pourront les inclure dans leur alimentation. Les personnes souffrant de faiblesse métabolique devront les consommer qu’occasionnellement.

    Dans cette catégorie, on trouve les agrumes, les fruits acides (groseille, cassis…), les fruits non mûrs, les légumes acides (oseille, cresson…), la choucroute, le vinaigre, le petit lait et le miel.

  3. Les aliments acidifiants

    Ce sont principalement des aliments riches en graisse, en sucre et en protéine. On y trouve les viandes, les œufs et fromages, les huiles et corps gras, les céréales, les légumineuses, les sucres, les boissons industrielles, le café, le thé, le cacao et le vin.

    Ces aliments devront être consommés accompagnés d’aliments alcalins en quantité suffisante mais non supprimés.

  4. Les aliments alcalins

    Il s’agit essentiellement des légumes verts et colorés (hors tomates), des pommes de terre et patates douces. On y trouve également les bananes, les amandes et noix du Brésil, les châtaignes, les fruits secs (sauf l’abricot sec), les olives noires conservées dans l’huile, l’avocat, le sucre intégral, le lait et les huiles pressées à froid. Certaines eaux minérales sont alcalines et peuvent être consommées en cure. Il est nécessaire de consommer ces aliments à chaque repas de façon égale ou supérieure aux aliments acidifiants.

  5. Les compléments alimentaires

    Il faut dans un premier temps, soutenir l’organisme en apportant des bases minérales. Toute la subtilité réside dans le choix de ces compléments et dans la quantité et la durée de la prise, sachant qu’elles est personnelle à chacun.

  6. Conclusion

    L’acidose est un déséquilibre ayant des répercussions sur la globalité de la santé. La naturopathie vise à rééquilibrer le terrain et tout particulièrement le terrain acido-basique à travers plusieurs techniques. :

    – l’alimentation personnalisée en fonction de chacun avec éventuellement la mise en place de mono diète

    – le soutien du foie et de la sphère intestinale

    – le drainage des acides par la peau et les reins

    – les exercices physiques et l’oxygénation

    – la gestion du stress et enfin la mise en place d’une hygiène de vie durable et simple.

Corinne Allioux Goldfarbe
Naturopathe Paris et Saint Mandé

L’alimentation est un pilier fondamental pour notre santé. Hippocrate en soulignait déjà l’importance avec son célèbre adage « que ton aliment soit ton seul médicament ». L’alimentation n’a pas seulement une fonction de nourriture et de plaisir mais également une valeur thérapeutique. L’aliment joue un rôle au niveau physique, psychologique et énergétique. A travers les différents aliments, nous puisons nos vitamines, enzymes, acides gras, acides aminés et glucose.

Malheureusement, l’alimentation moderne, industrielle et raffinée n’est plus idéalement adaptée et perturbe notre fonctionnement métabolique. Nous sommes carencés et dévitalisés malgré l’abondance et de nouvelles pathologies et syndromes émergent : les dysbioses, les maladies intestinales chroniques, les perméabilités intestinales, les intolérances alimentaires (gluten, lactose, soja…), les problèmes de poids (anorexie et surpoids), les maladies auto-immunes, le diabète et autres troubles métaboliques…

Alors, comment définir l’alimentation réellement adaptée à nos besoins ??

Je vous propose un bilan alimentaire approfondi et personnalisé en suivant des principes écologiques, naturels et simples à mettre en place en fonction de votre terrain et des dysfonctionnements éventuels.

La consultation dure 1 heure et comprend un programme personnalisé écrit avec des fiches d’information transmises.

 Le tarif de printemps est à 50 € au lieu de 60 € jusqu’au 15 mai 2015. Il comprend le suivi au même tarif.

Corinne Allioux Goldfarbe
Naturopathe Paris et Saint Mandé

L’alimentation saine et équilibrée est un facteur de garantie pour la santé. Hildegarde et plus récemment Kousmine et Seignalet ont mis en évidence le lien direct entre les maladies et l’alimentation. Outre les problèmes de surpoids et d’obésité, les maladies dégénératives et métaboliques trouvent leur source dans nos habitudes alimentaires et notre hygiène de vie. Plusieurs facteurs sont à l’origine de ces dysfonctionnements :

  • l’hérédité
  • les facteurs psychologiques ou sociaux (chômage, séparations, décès..)
  • le stress, dépression, anxiété
  • les régimes hypocaloriques ou protéinés
  • certains médicaments (cortisone, contraceptif…)
  • l’âge (ménopause)
  • les troubles hormonaux (thyroïde, dérèglements hormonaux chez la femme…)
  • l’arrêt du tabac
  • la sédentarité

La prise en charge en naturopathie est personnalisée et adaptée à chaque personne en respectant ses goûts, son environnement familiale et professionnel, ses habitudes de vie.

Les différents bilans, grâce à l’iridologie et au bilan Oligoscan, permettent de faire le point sur la qualité du terrain, les excès ou carences en minéraux et oligoéléments, l’intoxication aux métaux lourds.

Le bilan alimentaire est nécessaire pour connaître les erreurs alimentaires, les mauvaises associations, les carences ou excès nutritionnels et pour mettre en place un rééquilibrage alimentaire personnalisé. Les fiches d’information sont offertes pour faciliter la connaissance de ces différents protocoles d’actions.

La naturopathie offre des solutions naturelles pour retrouver un poids stable sous forme de cure, sans effet secondaire ni effet toxique sur la santé. En rééquilibrant le poids, elle contribue à retrouver la santé durablement.

 

Le forfait minceur comprend 5 séances : 280 €

1ère séance : bilans de terrain et point complet sur la santé : 80 €

2ème à 5ème séance : suivi et prise en charge : 50 €

 

Le Printemps est la saison idéale pour commencer sa prise en charge.

N’hésitez pas à demander conseil à votre naturopathe

Corinne Allioux Goldfarbe,

Naturopathe, Iridologue

Portez vous bien !