Les addictions, les dépendances ou même une simple « mauvaise » habitude qui se répète, mettent l’organisme en danger.

Elles sont nombreuses : tabac, cannabis, alcool, grignotage, sucre, soda mais aussi les jeux ou jeux vidéo, le téléphone portable, les achats compulsifs, le sport excessif et les addictions sexuelles…

Qu’est ce que l’addiction ?

La dépendance se met en place au niveau de notre système nerveux central. L’équilibre des neuromédiateurs, véritables « langage du cerveau » est alors compromis. Ils sont activés en fonction des situations vécues, participent aux comportements humains. Ils participent aussi à nos pensées, nos souvenirs et notre compréhension.

Les neuromédiateurs sont des composés chimiques libérés par les neurones. En cas d’addiction, le circuit de la récompense va être prioritaire par libération de dopamine. La personne va rechercher ensuite toutes les sources (nourriture, tabac, jeux…) pour satisfaire ce désir et un cercle vicieux s’installe plus au moins intensément et rapidement. Ce désir excite en retour le système limbique (cerveau émotionnel) qui, grâce à des substances opioïdes, stimule les neurones. La transmission de l’influx nerveux induit un sentiment de contentement et de plaisir. Par exemple, le footing régulier va stimuler la dopamine en terme de plaisir et récompense. Si l’activité s’arrête, un manque s’installe comparable à celui de l’héroïne.

On parle des 5 phases de l’addiction :

  • l’induction : une substance ou un comportement est ressentis comme source de plaisir sensoriel : on se sent mieux

  • l’apprentissage : on intègre les effets désirables (bien être, euphorie…) et indésirables (céphalée, malaise)

  • la mise en place : on recommence l’expérience

  • la phase de lutte : on prend conscience de la dépendance et on cherche à retrouver « sa liberté », la nervosité aggrave le besoin d’être apaisé et le cercle vicieux est en place

  • l’acceptation ; on n’est plus en mesure d’éviter l’addiction, la peur du sevrage est importante

Comment s’arrêter ?

  • D’abord, il faut le décider soi-même et pour soi-même et non pour faire plaisir à l’entourage ou parce que c’est bon pour la santé. Il faut être conscient de son addiction

  • Il faut se faire aider par le corps médical ou par un ou plusieurs thérapeutes

  • Il faut mesurer son niveau de dépendance par des tests et questionnaires

  • Il faut définir l’origine de l’addiction. Il peut s’agir d’une dépression masquée ou d’un problème affectif par exemple

  • Il faut faire un bilan nutritionnel et toxique à l’aide de l’Oligoscan pour adapter au plus juste les besoins de l’organisme

Les moyens naturels pour aborder le sevrage :

  • La plupart du temps, le naturopathe va mettre en place une cure de détoxication pour aider l’organisme à éliminer les toxines et pour relancer le travail émonctoriel. Le foie et les reins (qui éliminent la nicotine) seront ensuite revitaliser pour optimiser leur travail fonctionnel.

  • On peut aussi s’occuper des métaux lourds selon l’importance du niveau d’intoxication

  • Un mode de vie sain sont la base d’un sevrage efficace pour la santé à travers les différentes techniques de naturopathie (respiration, exercices physiques, hydrologie, lumière…)

  • Il existent de nombreuses solutions, mais en matières de compléments alimentaires, on peut retenir le kudzu, qui est la plante des addictions, le griffonia pour calmer les compulsions alimentaires et le stress, les plantes calmantes (aubépine, passiflore), le magnésium, les oméga 3 et les antioxydants pour lutter contre les radicaux libres.

  • On va aussi, à l’aide de questionnaires, équilibrer les neuromédiateurs avec notamment le GABA et la Sérotonine.

  • Les Fleurs de Bach : il existe certains composés chez Déva spécifiques mais aussi Cherry Plum pour éviter de craquer, Agrimony (l’image du bon vivant qui reporte à plus tard), Holly en cas de colère contre soi et les autres, Clématis pour s’incarner dans la réalité et éviter l’isolation et les rêveries…

  • Les huiles essentielles en olfactothérapie : on peut respirer des huiles ou complexes d’huiles qui calment et associent un geste pour faire passer l’envie de replonger.

  • L’alimentation reste un pilier essentiel d’équilibre et la prise en charge du poids peut aussi être envisagée dans le cas du sevrage du tabac notamment.

  • Les alternatives : on peut avoir recours à des aides pour remplacer l’addiction par une alternative plus saine : faux cafés ou cafés non toxiques, bons sucres, e-cigarette…

  • Enfin, toutes les solutions d’aide de gestion du stress sont très efficace. Pour ma part, j’utilise avec succès le principe de la cohérence cardiaque.

  • Les autres techniques : elles sont nombreuses ! homéopathie, acupuncture, hypnose, sophrologie…

N’hésitez pas à poser toutes vos questions

Je suis à votre écoute : 06 65 70 94 89

Corinne Allioux Goldfarbe, Naturopathe Iridologue

La beauté des cheveux est le reflet d’une bonne santé. Même si pour les hommes la chute des cheveux, liée à l’hérédité, est difficile à améliorer, il y a des solutions simples qui s’adressent aux femmes mais aussi aux hommes pour entretenir le capital santé de la chevelure.

Les teintures chimiques sont particulièrement nocives et chargées en toxines et métaux lourds.

Vous pouvez faire confiance aux teintures végétales à base d’argile traitantes « Terre de couleur » qui fonctionnent aussi sur les cheveux gris et blanc : à faire soi-même ou chez un coiffeur biologique.

Une belle chevelure nécessite parfois des compléments nutritionnels adaptés et une alimentation équilibrée :

  1. Boire suffisamment : jus de fruits et légumes frais maison, eau de source, tisane, thé vert
  2. Adopter le régime méditerranéen : crudités, fruits, légumes, protéines maigres (volaille, fromage de brebis, poissons gras), bonnes huiles (colza, germe de blé, olive, noix), céréales complètes
  3. Manger des petits pois qui contiennent un principe actif anti-chute
  4. A limiter :
  • Les produits laitiers : beurre, crème, fromages, glaces, desserts lactés, lait, yaourts et fromages blanc
  • Le gluten : blé, avoine, seigle, orge, grand épeautre, kamut
  • Les graisses saturées (friture, fromages, viandes grasses, charcuterie)
  • Les sucres rapides (crème dessert, pâtisserie, sucre et pain blancs, gâteaux, produits raffinés)
  • Les médicaments non indispensables
  • Les aliments acides : les produits laitiers, fruits acides et agrumes, légumes acides (tomate, oseille, épinard, asperge, cresson), l’excès de protéines, jus de fruits, soda, vin blanc et champagne, cornichon et vinaigre, miel
  • Le tabac, alcool, café, drogue et soleil en excès aux heures chaudes
  1. Faire une cure en interne diurétique et revitalisante de Sève de Bouleau fraîche et crue de Végétal Water (Mon code de réduction = CO00283) : au printemps et à l’automne. En externe : elle tonifie le cuir chevelu et élimine les pellicules et démangeaisons
  2. La spiruline : comble les carences en vitamines et en oligoéléments et agit sur l’éclat de l’épiderme, des ongles et des cheveux
  3. Le zinc, les vitamines B et C, les acides aminés soufrés : sont des nutriments reconnus pour renforcer la texture des cheveux et des ongles, combler les carences, redonner de l’éclat et lutter contre les effets du stress et de la pollution
  4. Nettoyer les intestins : cure psyllium blond et chlorure de magnésium
  5. Favoriser une flore saprophyte : pro et pré biotiques adaptés

Vous pouvez adopter des recettes économiques et écologiques pour réparer et fortifier vos cheveux le plus régulièrement possible :

A faire tous les 10 jours : masque à l’argile blanche pour purifier et oxygéner les bulbes du cuir chevelu : mélanger l’argile à de l’eau de source dans un récipient en verre ou en plastique (aucun contact avec le métal) et appliquer en couche épaisse surtout sur les racines. Laisser poser 20 minutes (pas plus!) et rincer avec un shampoing biologique anti-chute

Ou suivre le protocole anti-chute de « Terre de Couleur » : appliquer le masque entre 5 et 20 minutes. Laver les cheveux avec le shampoing anti-chute (laisser poser 3 minutes) et appliquer le baume. Leur Site : http://www.terredecouleur.fr/

Chaque semaine : masser les pointes des cheveux avec de l’huile d’Argan, de Jojoba ou de Coco et laisser poser toute la nuit, la veille du shampoing.

Shampoing sans shampoing maison : faire une pâte avec du bicarbonate de soude et rincer au vinaigre de cidre (2 cuillères à soupe dans un flacon vide de 200 ml) => 2 à 3 cuillères à soupe de bicarbonate + eau de source pour obtenir une pâte. Mouiller les cheveux, masser, laisser poser quelques minutes (prendre sa douche par exemple) et rincer. Vous pouvez alors effectuer le rinçage au vinaigre de cidre et rincer à nouveau. Ce soin permet d’espacer les shampoings et s’inscrit dans une démarche écologique (méthode « No Poo » venue des Etats-Unis, article de Murielle Toussaint). Les cheveux sont propres, doux et brillants.

Ou même protocole mais avec du Rhassoul (argile volcanique). On peut même se faire un masque sur le corps ou le visage en cas d’acné et rincer sous la douche.

Le petit plus : masser doucement le cuir chevelu en décollant la peau mais sans frotter avant chaque shampoing et/ou le soir avant de se coucher.

Cocktail d’huiles essentielles anti-chute tous les 3 jours à laisser poser 5 minutes avant le shampoing : masser le cuir chevelu avec 3 à 5 gouttes du mélange :

  • HE Citron : 2 ml ou 40 gouttes

  • HE Bois de Rose : 1 ml ou 20 gouttes

  • HE Romarin à Verbénone : 1 ml ou 20 gouttes

  • HE de Bois de Cèdre : 1 ml ou 20 gouttes

  • HE d’Ylang Ylang : 0,5 ml ou 10 gouttes

  • + Huile végétale d’Argan : 10 ml

La coupe au rasoir chez Rémi Portrait : elle revitalise les cheveux et les améliore en cas de stress ou déséquilibre émotionnel

Et enfin : gérer le stress (cohérence cardiaque, respiration, sophrologie, yoga…)

Je vous souhaite une belle santé !

Corinne Allioux Goldfarbe

Naturopathe Iridologue

06 65 70 94 89

Avr
29
0

La bardane

La bardane Corinne Goldfarbe

La bardane est une plante dépurative favorable au printemps pour purifier l’organisme de ses déchets. Elle est largement présente dans la pharmacopée orientale et sa popularité dans l’antiquité lui a valu le nom « d’herbe aux teigneux ». La racine est la partie la plus utilisée en médecine mais également dans la cuisine macrobiotique ou japonaise où les racines sont dégustées comme un légume.

Cette plante pousse facilement dans les pays tempérés : on la sème au printemps et on la récolte en été.

On l’utilise pour soigner tous les maux de surcharge dermatologique, digestive et hépatique. Il semblerait que la racine facilite également l’élimination des métaux lourds et diminue la glycémie par sa richesse en inuline.

La bardane n’a aucun effet toxique mais attention cependant aux crises curatives ! Comme tout effet détox, les boutons peuvent sortir davantage dans un premier temps avant de régresser et disparaître. De même, des manifestations de courte durée comme la migraine, nausée, manifestation cutanée peuvent apparaître provisoirement. Il faudra, dans ce cas, diminuer légèrement les doses quotidiennes.

Ses propriétés :

  • anti-infectieuse, antiseptique
  • antifongique
  • anti-inflammatoire et antioxydante
  • anti-prurigineuse cutané
  • détoxicante
  • diurétique et laxative
  • sudorifique
  • hépato-protectrice, cholérétique
  • normalisante de la glycémie

Pourquoi ?

  • les pathologies cutanées suintantes : furoncles, abcès, impétigo, dartres, panaris, kystes sébacés, dermatoses, orgelets, blépharites
  • l’acné infecté chez l’adolescent ou l’adulte
  • le psoriasis
  • les dermatoses sèches : eczéma, urticaire, croûtes de lait chez les bébés, dartres, prurit
  • le nettoyage hépatique en cas de surcharge (excès de sucre, de graisse, de féculents et produits raffinés)
  • la goutte
  • la prévention du diabète
  • l’excès de métaux lourds ou toxines

Comment la consommer ?

En infusion : faire bouillir des racines de bardane fraîches ou sèches (1 poignée) dans 1 litre d’eau de source froide pendant 5 minutes et laisser infuser 10 minute. 3 tasses par jour. On peut utiliser cette décoction en externe sur le cuir chevelu ou la peau ( en compresse) par exemple pour optimiser les résultats.

En légume : laver la racine de bardane en gardant la peau, la couper en cube et la faire revenir dans de l’huile de sésame. Ajouter d’autres légumes (carottes, céleri, patate douce…), couvrir d’eau et laisser mijoter une vingtaine de minutes. Assaisonner en fin de cuisson (sel, curcuma, poivre…)

En complément alimentaire : elle est souvent associée à la pensée sauvage pour la peau, compter 1000 à 1200 mg par jour. Augmenter les doses progressivement.

En élixir (mélange d’eau, d’alcool et glycine) : de 3 à 6 doses de 2 ml par jour dans 1 litre d’eau à boire tout au long de la journée

Précaution :

  • pour les femmes enceintes et allaitantes
  • les jeunes enfants
  • les diabétiques

N’hésitez pas à me contacter pour toute information complémentaire

Très belle santé !

Corinne Allioux Goldfarbe

Naturopathie, Iridologue

06 65 70 94 89

Pourquoi ?

La réaction allergique est déclenchée par un facteur externe qui vient modifier le terrain. Il existe la plupart du temps, une saturation toxinique de l’organisme, une perméabilité intestinale et une flore déséquilibrée.

Lorsque l’allergène entre en contact avec les voies respiratoires, les globules blancs produisent des anticorps spécifiques (IgE) pour défendre l’organisme.

Les réactions sont immédiates : certaines cellules du système immunitaire vont libérer de l’histamine responsable des manifestations allergiques et inflammatoires.

L’allergène (responsable de l’allergie) peut être un aliment mais aussi d’autres substances (pollen, poussière, médicament, poils d’animaux, moisissures…). Elle peut être saisonnière sur une période donnée et plus généralement au printemps et à l’automne.

Même si l’allergie nécessite une prévention, on peut utiliser des moyens naturels pour éviter les crises aiguës.

Pour éviter l’allergie, il faut favoriser un bon terrain dès la naissance. La maman doit équilibrer sa flore avec des probiotiques et allaiter son bébé. L’accouchement par voie basse permet un premier ensemencement de la flore du nouveau-né (sinon, il faut donner des probiotiques dans le biberon). Il est important de prendre son temps dans la diversité alimentaire. Il ne faut pas aseptiser de façon excessive l’environnement de l’enfant.

La vaccination excessive est elle aussi un des facteurs responsable des allergies

Les symptômes :

  • Éternuements en salve
  • Nez bouché ou écoulement nasal
  • Signe de sinusite chronique, congestion des muqueuses et parfois polypes
  • Larmoiement et yeux gonflés, rhinoconjonctivites
  • Démangeaisons du conduit auditif et palais
  • Sifflement respiratoire, toux sèche, signe d’asthme
  • Fatigue
  • Gonflement cutané (lèvres, langue.. ), urticaire, démangeaisons, eczéma
  • Chocs anaphylactiques, œdème
  • Mais aussi allergie alimentaires (lait de vache, protéine de l’œuf, poisson, arachides, soja, gluten…) avec troubles intestinaux

Les solutions :

  • Ajuster l’alimentation qui est un facteur essentiel : éviction des produits laitiers, du gluten et des aliments riches en histamine (poissons en conserve ou fumés, fruits de mer, vin blanc et champagne, fraises, épinard, choucroute) et les excitants (café, alcool, tabac)
  • Protéger et soutenir la sphère intestinale par une prise en charge spécifique
  • Combler les carences en oméga 3 et en minéraux grâce à un bilan Oligoscan
  • Renforcer la sphère hépatique en fonction du terrain
  • Soutenir par la phytothérapie, les huiles essentielle ou bourgeons de plantes très efficaces
  • Privilégier les bons antioxydants
  • Respirer le bol d’air Jacquier
  • Arrêter ou diminuer le tabac
  • Gérer le stress (relaxation, réflexologie plantaire, chi machine, yoga, respiration…)

Bonne santé à tous !

Bonjour à tous,

La sève de bouleau fraîche et crue vient d’être récoltée.

C’est une source de vitalité offerte par la nature, et non transformée, connue depuis des millénaires.

Elle agit en profondeur et aide à éliminer les déchets et toxines accumulés dans l’organisme. Mais l’avantage de la sève de bouleau, par rapport aux autres draineurs, est sa capacité de minéralisation.

Le printemps est la saison idéale pour faire une cure de détoxication et nettoyer le foie. Cette cure peut aussi avoir lieu à l’automne. La sève sera alors enrichie de bourgeon de cassis.

Quelle est sa composition ?

  • potassium

  • calcium

  • magnésium

  • sodium

  • silicium

  • phosphore

  • zinc

  • fer

  • manganèse

  • soufre

  • cuivre

  • 17 acides aminés dont 8 essentiels

  • vitamines A E D C B (dont B12) K1

Pour qui ?

  • Les enfants et adolescents en pleine croissance

  • les sportifs pendant l’effort et la récupération

  • les personnes désireuses de mincir

  • les personnes surmenées et stressées

  • les personnes sédentaires

  • les convalescents

  • les personnes souffrant des articulations

Quelle quantité ?

1 demi verre à jeun, dans la matinée et dans l’après-midi. On peut préparer le demi verre du matin la veille et le laisser à température ambiante

Comment commander ?

Végétal Water offre une garantie de non pasteurisation et d’absence de conservateurs. Le sol des forêts est riche en minéraux et éloigné des sources de pollutions. Elle est contrôlée et son emballage est de qualité alimentaire sans phtalate ni bisphénol A.

Elle est livrée directement à domicile.

VEGETAL WATER

15 boulevard de l’Epervière

ZAC de Beuzon

49000 ECOUFLANT

tél : 02 41 18 03 90

Combien ça coûte ?

Vous pouvez obtenir une réduction en donnant mon nom (Goldfarbe) : soit 69 € pour 1 cure frais de port compris au lieu de 75 €

Profitez-en pour être en symbiose avec la saison !!

Il s’agit d’une fatigue persistante et inexpliquée de plus de 6 mois. Elle concerne tous les âges et particulièrement la tranche des 25 à 50 ans, avec un pic à 35 ans, mais certains adolescents peuvent aussi être touchés.

C’est une maladie multi-factorielles avec des déséquilibres endocriniens, nerveux, digestifs ou immunitaires associés à des dysfonctionnements métaboliques : acidose, stress oxydant, carences en nutriments entre autre.

Le bilan Oligoscan permet, à l’aide de mesures tissulaires, d’apporter une réponse à ces différents facteurs.

Quels sont les symptômes ?

  • sommeil non réparateur
  • difficulté de récupération après un effort, malaise
  • confusion, troubles de la mémoire et de la concentration
  • hypersensibilité au bruit et à la lumière
  • palpitations, arythmie cardiaque, pâleur
  • troubles digestifs, nausées
  • intolérances alimentaires, candidose
  • allergie, états infectieux et grippaux
  • douleur musculaire et articulaire

Quelles sont les causes ?

  • carences nutritionnelles et enzymatiques
  • toxines, déchets et présence de métaux lourds
  • manque de calories, alimentation déséquilibrée
  • stress oxydatif (surmenage, manque de récupération), carences en antioxydant
  • perturbation cellulaire et mitochondriale (production d’énergie cellulaire)
  • déséquilibre nerveux et hormonal
  • désordres émotionnels (stress affectif, contraintes du quotidien ingérables…)

Quelles sont les solutions ?

  • Équilibrage alimentaire avec des aliments frais, biologiques et non industriels
  • hygiène de vie en réduisant les charges toxiques
  • hydratation de qualité en dehors des repas
  • apport d’oxygène
  • équilibrage repos/activité
  • équilibrage du terrain : acido-basique, stress oxydant
  • apport de micronutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments, enzymes…)
  • cure de détoxication et revitalisation
  • et enfin : partage, amour, plaisir de vivre…

Si vous ressentez au moins 4 symptômes avec des paramètres sanguins normaux, n’hésitez pas à en parler avec votre naturopathe pour une prise en charge globale et personnalisée.

Bonne santé à tous !

 

Je serai présente au prochain Salon Vivre Autrement du 11 au 14 mars 2016 au Parc Floral de Paris.

Horaires : 10h30 à 19h du vendredi au dimanche et de 10h30 à 18h le lundi.

Métro : Château de Vincennes avec navettes gratuites ou Porte Dorée + bus 46

Je vous attends au stand P22 « Conseils santé et iridologie »

Je vous propose des consultations de 20 minutes en iridologie avec lecture de l’iris et conseils santé pour 20 € ainsi que des conseils en nutrition avec bilan et conseils alimentaires pour 15 €.

Il y aura également la possibilité de gagner 1 consultation complète en naturopathie ainsi que de nombreuses réductions sur les consultations et forfaits visibles sur mon site : http://corinnegoldfarbe.fr/

N’hésitez pas à me demander des invitations pour l’entrée gratuite au salon ou toutes les informations complémentaires si nécessaire.

Je vous attends avec plaisir !

Corinne Allioux Goldfarbe

Naturopathe Iridologue

06 65 70 94 89

« La santé par le toucher » est une technique de santé naturelle qui auto-régule et auto-répare le corps de manière holistique grâce à une reconduction énergétique globale.

Cette méthode a été mise au point aux États-Unis depuis une cinquantaine d’années grâce aux travaux du Docteur Goodheart qui démontre l’interaction entre les muscles, les organes et les méridiens d’acupuncture.

Dans les années 70, le Docteur John Thie met à la portée de tous cette méthode dans son livre « Touch for health ».

C’est grâce aux tests musculaires que l’on va pouvoir déceler les déséquilibres du corps se manifestant par des vides ou excès d’énergie au niveau des méridiens d’acupuncture.

La qualité du verrouillage musculaire est l’indicateur de l’équilibre général, il est indépendant de notre force musculaire. La perte de cet équilibre se traduit par une faiblesse musculaire. Il faudra alors agir pour le renforcer à l’aide des points neuro-lymphatiques ou neuro-vasculaires. La correction est immédiate et le bien être également.

La séance dure 1h30 et se pratique allongé sur une table de massage à travers les

vêtements (prévoir des vêtements souples et confortables). Il faut prévoir entre 1 à 4 séances en moyenne selon les problématiques à traiter.

Dans quel but ?

  • Pour améliorer l’état général et renforcer l’organisme
  • En prévention et complément d’un programme d’hygiène vitale
  • En cas de stress physique ou émotionnel
  • En cas de douleur physique aiguë ou chronique
  • En cas de blocage énergétique, physique ou émotionnel

Quelles sont les corrections ?

  • La stimulation des points neuro-lymphatiques sur le corps (régulation hormonale et musculaire, nettoyage des déchets, stimulation de la lymphe)
  • La relance des points neuro-vasculaires sont situés principalement sur la tête (relance de tous les systèmes)
  • L’acupressure des points sur le trajet des méridiens (équilibration des muscles et méridiens)
  • Le renforcement des fuseaux musculaires (diminution de la douleur)
  • Le brossage des méridiens (pour renforcer ou disperser un méridien)
  • Les conseils alimentaires pour potentialiser les effets du soin

Comment se déroule une séance ?

  • On va commencer par les pré-tests de base pour une première équilibration
  • On teste ensuite une vingtaine de muscles et points d’acupuncture
  • On va renforcer les muscles faibles par voie réflexe selon un protocole précis
  • On peut également débloquer une émotion via le corps selon le cas
  • Suite au rééquilibrage, il est possible d’entretenir les bienfaits par des exercices simples à la maison

Contre indication :

Pas de stimulation des points neuro-lymphatiques en cas de cancer

Tout d’abord, je vous souhaite un belle et heureuse fin d’année pleine de fêtes, de partage et de sérénité pour ces derniers jours de 2015.

Je vous invite ensuite à faire le point sur un organe magnifique que les naturopathes aiment observer et protéger.

oeil mixte

« Regard ouvert d’un coup, comme une blessure, une fleur inconnue ». Je partage avec vous, cette phrase poétique et pleine de sens de Pierre Péju que j’ai lue et relue dans « la petite Chartreuse ».

L’œil est un organe des sens complexe, fragile et sollicité en permanence, souvent agressé. Il possède cependant la coexistence de nombreux systèmes de protection : l’orbite, les glandes lacrymales, les clignements des paupières, les pigments des iris, des muscles et l’ouverture réglable de la pupille pour s’adapter à la lumière.

Pour un fonctionnement optimal, l’œil nécessite des vitamines et des antioxydants spécifiques et parfois insuffisamment apportés par l’alimentation quotidienne.

Outre les troubles qui peuvent altérer la vision (myopie, hypermétropie, presbytie, astigmatisme, strabisme), les pathologies ou maladies dégénératives peuvent être stabilisées par des techniques d’hygiène vitale, des exercices et des compléments alimentaires naturels.

La qualité de l’alimentation et de l’hydratation est essentielle au maintien d’une bonne vision.

Les nouveaux modes de vie et l’apparition récente des tablettes, smartphone, écrans d’ordinateur ou de télévision agressent l’œil par un excès d’ondes bleues et des informations qui modifient nos sécrétions hormonales (avec entre autre la mélatonine).

Il existe des solutions simples et efficaces à mettre en place, dès le plus jeune âge, pour préserver son capital vision. Il faut, avant tout, connaître certains facteurs aggravants :

Quels sont les facteurs aggravants des troubles de la vision ?

  • Faiblesse du foie
  • Écran d’ordinateur, télévision, portable, tablettes
  • Excès de rayonnements UV
  • Troubles hormonaux
  • Troubles circulatoires
  • Vieillissement
  • Toxémie
  • Tabac
  • Diabète
  • Carence en antioxydant et Acides Gras Essentiels
  • Stress
  • Alimentation industrielle et raffinée, excès de sucre

Comment prévenir et stabiliser sa vision ?

La naturopathie est une approche douce et globale pour réduire la fatigue oculaire, le syndrome de l’œil sec, les inflammations (conjonctivite, rétinite…), prévenir le vieillissement oculaire et stabiliser sa vision.

On va utiliser plusieurs techniques après avoir fait un bilan de santé et pour ma part, un bilan Oligoscan. Ce dernier va mesurer les réserves tissulaires de minéraux, d’oligoéléments mais aussi des métaux lourds et du stress oxydatif.

Les grands axes d’approches sont les suivants :

  • l’alimentation de type méditerranéenne (riches en fruits, légumes et oméga3), biologique, fraîche et de saison
  • l’oxygénation : le bol d’air Jacquier, la respiration
  • l’hydrologie : les bains d’œils, les bains dérivatifs
  • l’exercice physique régulier
  • la qualité et la quantité de sommeil
  • les compléments alimentaires riches en lutéine et zéaxanthine
  • la gemmothérapie : bourgeon de myrtilles
  • la vitamine A, C et E
  • le zinc
  • les oméga 3
  • les produits de la ruche avec les pollens frais spécifiques
  • les collyres naturels

Les exercices indispensables pour nos yeux :

  • le yoga des yeux
  • le palming

Je vous propose mon forfait Vision + : 4 consultations à 200 €

  • Bilan de vitalité complet
  • Bilan en iridologie avec lecture à l’iridoscope et photographie des iris
  • Bilan Oligoscan
  • Programme individualisé d’hygiène vitale
  • Conseils alimentaires et diététiques personnalisés
  • Rééquilibrage énergétique avec points spécifiques
  • Yoga des yeux
  • Technique du « palming » pour le repos des yeux
  • Démonstration d’exercices respiratoires

Belle année 2016 et bonne santé !

Corinne Allioux Goldfarbe, Naturopathe Iridologue

 

L’hiver est relié à l’organe des reins en médecine chinoise. C’est aussi la saison où l’on doit ralentir le rythme, augmenter le temps de sommeil et adapter l’alimentation.

Avec la baisse des températures et l’humidité, les bactéries et virus prolifèrent dans l’air. Les maux de l’hiver nous fragilisent : angines, rhinites, rhino-pharyngites, bronchite, grippe, gastro-entérite virale et dépression saisonnière. La diminution de l’intensité lumineuse rend notre organisme plus fragile psychologiquement et plus vulnérable au niveau de l’immunité.

Cette année, le froid tarde à arriver. Profitons-en alors pour s’aérer, faire de l’exercice en contact avec la nature, pour ressentir les derniers rayons de soleil !

Comment préserver sa santé en hiver ?

  1. Tout d’abord préserver son équilibre acido-basique

    Il faut éviter les protéines animales pour ne pas surcharger les reins surtout dans leur travail nocturne d’élimination acide. Ce sont les reins qui filtrent les acides forts (déchets animaux) mais ils ont une capacité quotidienne limitée. Les protéines végétales génèrent des acides faibles facilement éliminés par les poumons. En cas de surcharge, on retrouve les déchets acides dans les articulations sous forme de cristaux irritants qui entretiennent le processus inflammatoire.

  2. S’hydrater

    L’hydratation ne doit pas être oubliée en hiver : il faut s’hydrater régulièrement pour aider les reins à diluer les déchets : boire des tisanes (pissenlit, aubier de tilleul, piloselle), de l’eau peu minéralisée. Avec un extracteur de jus ou une centrifugeuse, on peut préparer des jus de légumes frais : betterave, navet, céleri, carottes… C’est une excellente source alcaline qui préserve nos réserves minérales.

  3. S’alimenter

    Il faut maintenir une portion de légumes plutôt cuits (soupe, cuisson vapeur) pour de pas refroidir l’organisme et bien l’hydrater. Les crudités sont réservées pour les tempéraments « sanguins ». Les fruits de saisons apporteront vers 17h une source de vitamines. C’est la saison des fruits secs : raisins, figues, pruneaux, baies de Goji, myrtilles… et des fruits oléagineux : amandes, noix, noisettes, noix du Brésil, graine de courge, de tournesol…

    Il faut éviter les protéines le soir et les réserver pour le matin ou le midi en quantité raisonnable.

    Enfin, les céréales (riz, quinoa, pâtes…) sont à choisir ½ complètes pour bénéficier des vitamines et mélangées aux légumineuses (lentilles, pois chiche, haricots rouges, fèves..), elles constitueront une protéine végétale, digeste et moins acidifiante.

  4. Dormir

    Il faudrait pour préserver sa santé en hiver, augmenter le temps de sommeil de 2 heures. Dans le meilleur des cas, se coucher 1 heure plus tôt, aide l’organisme à la désacidification nocturne et à la récupération. Il faut préférer la sieste à la grasse matinée pour respecter son horloge biologique. Les ondes bleues des écrans d’ordinateur, de tablette ou téléphone retardent notre synthèse de mélatonine. Il ne faut pas hésiter à avoir recours aux filtres anti ondes bleues (demander à votre opticien) ou utiliser les lunettes Bio Optik.

  5. S’oxygéner

    Il est important de rester en contact avec la nature en privilégiant une marche quotidienne, à la lumière du jour, en respirant en conscience et en vidant l’air résiduel stagnant dans nos poumons. La respiration renforcée participe à l’élimination de nos acides faibles.

    Il faut bien aérer les habitations et diffuser des huiles essentielles purifiantes : eucalyptys, agrumes, lavande, ravintsara, pin…

    Le bol d’air Jacquier est aussi une solution d’oxygénation et de prévention.

  6. La sensibilité au froid

    L’adaptation au froid dépend de réactions hormonales impliquant les glandes surrénales (qui coiffent les reins) et la glande thyroïde chargée de la régulation de la température corporelle. Il existe des plantes et macérât qui soutiennent l’organisme pour mieux résister au froid et stimuler l’immunité.

  7. Les carences

    C’est durant l’hiver que les carences de vitamines et minéraux se fait sentir. Il faut préserver ses réserves de fer dont certains symptômes mettront en alerte (fatigue, irritabilité, vertige, pâleur, fragilité des phanères…). La vitamine D est à complémenter à raison de 200 UI par jour. Les apports concentrés sont à éviter afin de préserver le foie. Les minéraux basiques (magnésium, calcium, potassium) sont à privilégier par voie alimentaire et si besoin en complément alimentaire.

La naturopathie pourra vous aider à mettre en place tous les moyens d’adaptation pour profiter de cette belle saison.

Je vous souhaite un hiver lumineux et une bonne santé pour cette année à venir.

Corinne Allioux Goldfarbe

Naturopathe, Iridologue