Nos grands-mères le savaient bien, aux printemps et à l’automne, il faut utiliser les vermifuges pour les grands comme les petits sans oublier les animaux de compagnie.

Les parasites intestinaux sont des organismes qui utilisent le tube digestif humain pour se développer et se reproduire en pondant leurs oeufs. Les oxyures, petits vers blancs, sont transmis par les aliments souillés ou un manque d’hygiène par manque de lavage des mains. Le ténia (ou ver solitaire) est transmis par l’ingestion d’aliments mal cuits (surtout viande ou œuf).

L’influence de la lune est bien connue pour le traitement. Elle influence la ponte des oxyures qui se produit à la pleine lune.

Ces parasites occasionnent des troubles sur la santé :

  • démangeaison du nez
  • démangeaison anale
  • douleur abdominale
  • irritabilité, agitation (surtout chez les enfants)
  • difficultés scolaires
  • trouble du sommeil
  • fatigue
  • toux
  • inflammation génitale chez les petites filles
  • perte de poids (pour le ténia) avec nausée, diarrhée et sensation de faim
  • trace de vers dans les selles sous forme de filaments ou d’anneaux

En cas de contamination :

Il est important de traiter toute la famille et de mettre en place une hygiène renforcée : lavage des mains régulier, ongles courts et brossés, nettoyage des vêtements et literies, désinfection des wc, changement des serviettes et gants de toilette fréquents.

Il faudra traiter 1 semaine avant la pleine lune et 1 semaine après pendant au moins 2 mois.

Les solutions naturelles :

  • l’ail et l’oignon
  • l’huile et les graines de courge
  • le curcuma
  • le persil (sauf pour les femmes allaitantes)
  • l’huile essentielle de Cannelle de Chine, Eucalyptus à Cryptone, Origan (aussi préparation sous forme de suppositoire)
  • pépins de pamplemousse ou propolis
  • la coque de noix verte

Il existe des complexes efficaces et naturels auprès de laboratoires de compléments alimentaires. En préventif ou en curatif, pensez à nettoyer votre tube digestif…

Malgré les tristes événements, je vous souhaite une bonne santé

Corinne Allioux Goldfarbe, Naturopathe Iridologue

Les symptômes :

La grippe ou l’état grippal se reconnaît aux effets suivants :

  • fièvre constante et soudaine vers 39° et parfois plus
  • état fébrile avec courbatures ou douleurs
  • sueurs et frissons
  • maux de tête
  • infection respiratoire avec encombrement : rhino-pharyngite, angine, trachéite ou bronchite
  • toux douloureuse
  • fatigue intense avec perte d’appétit
  • nausée et vomissements selon les virus

En fonction de chacun, l’intensité des symptômes est variable ainsi que la durée de convalescence.

La guérison se fait en 4 à 7 jours avec une persistance occasionnelle de la toux et fatigue.

Des complications peuvent apparaître : bronchique, avortement chez la femme enceinte, insuffisance respiratoire aiguë, fatigue persistante

En prévention :

  • Gouttes aux essences : 25 gouttes par jour 3 semaines par mois
  • Cure de propolis
  • Vitamine C végétale
  • Vitamine D
  • Echinacée
  • HE de Ravintsara : 2 gouttes sur l’intérieur des poignets tout l’hiver
  • Pollen frais de Ciste : 1 cuillère à soupe le matin 1 mois sur 2
  • Homéopathie : faire le protocole de prévention selon les indications de votre pharmacien

En curatif :

  • Gouttes aux essences : 25 gouttes 3 à 4 fois par jour
  • Vitamine C
  • Huiles Essentielles : 6 gouttes du mélange suivant en massage sur le cou, thorax et haut du dos 4 fois par jour pendant 4 jours :
  1. HE Ravintsara : 2 gouttes

  2. HE Eucalyptus Radié : 2 gouttes

  3. HE Laurier Noble : 1 goutte

  4. HE Niaouli : 1 goutte

  • Diffusion d’HE 2 à 3 fois par jour au moins 10 minutes si pas d’allergie respiratoire : citron, eucalyptus radié, pin sylvestre, niaouli

  • Lapacho, Eupatoire en teinture mère pendant 1 semaine
  • Tisane de Sureau pour activer la transpiration
  • Alkylglycérols pour la convalescence
  • Hydratation régulière entre les repas
  • Homéopathie
  • Repos et chaleur et surtout PATIENCE !!

Le repos est essentiel pour guérir sereinement.

Bonne Santé !

Corinne Allioux Goldfarbe, Naturopathe Iridologue

La toute première idée fut lancée en 1784 par Benjamin Franklin, dont le père était fabricant de chandelles, pour faire des économies le soir. Puis, le système a été mis en place pour la première fois en 1916 puis en 1940, sous l’occupation, et repris définitivement en 1976 par Valéry Giscard d’Estaing suite au choc pétrolier. Il faut savoir que depuis cette date, nous vivons constamment décalés de deux heures de plus sur le soleil pendant sept mois, de mars à octobre, et d’une heure de novembre à février.

Concrètement, au moment de l’heure d’été, nous avançons d’une heure durant la nuit, entre 2 et 3 heures du matin, ce qui fait perdre une heure du sommeil. A l’inverse, le changement en automne, aura lieu la nuit du 24 au 25 octobre prochain et fait gagner une heure de sommeil : à 3 heures du matin, il faudra reculer nos pendules d’1 heure et il sera 2 heures du matin.

Il n’existe en réalité, que l’heure du soleil du fuseau horaire sur lequel notre pays est placé. Il s’agit de l’heure solaire moyenne correspond à celle du méridien de Greenwich qui coupe la France en deux parties selon une ligne qui va de Villers sur Mer (Proche de Deauville) à Tarbes.

Ce procédé a pour motivation les économies d’énergie réalisées par le profit de la lumière naturelle.

Il est pourtant très difficile d’évaluer l’impact réel de l’économie d’énergie réalisée selon la Commission Européenne. En 2009, l’économie d’électricité est de 440 Gwh (gigawatt-heure, unité de mesure d’énergie) ce qui représente 0,3% de la consommation totale, soit un résultat très insuffisant en regard des inconvénients subis par la population. De plus, l’augmentation de chauffage et climatisation ne sont pas réellement pris en compte.

Un sondage, réalisé en France le 29 mars 2013 sur la satisfaction de l’heure d’été, a obtenu 80 % de réponses négatives sur 100 000 personnes votantes. On peut réfléchir sur le fait de la surconsommation de somnifères et anxiolytiques en France plus ou moins aggravée en raison du décalage continuel sur le soleil.

Ce décalage horaire permanent nous prive de la lumière du matin qui est notre premier signal de mise en route transmis à notre rétine. Si une personne se réveille à 6h30 du matin, il est en réalité seulement 4h30 en heure d’été ou 5h30 en hiver. L’exposition à la lumière artificielle nous contraint le matin et nous prive d’une luminosité particulièrement essentielle. Ce décalage influence aussi nos hormones comme le cortisol et la mélatonine dont le pic de cette dernière a lieu la nuit entre 2 et 3 heures solaires.

On enregistre des malaises parmi 25 % de la population lors du décalage de l’heure d’été à l’heure d’hiver et inversement avec une plus forte sensibilité chez les jeunes enfants et les personnes âgées. Les différents symptômes sont nombreux ajoutés à la difficulté de s’endormir et ensuite de se réveiller le matin. Il y a cependant une forte part psychologique sachant que le cortex fait parti de notre horloge interne. On retrouve parmi les symptômes :

  • fatigue

  • troubles digestifs

  • modification de l’humeur

  • stress, burn out

  • démotivation

  • surmédicalisation

  • absentéisme

  • accidents du travail et de la route

  • baisse de la productivité

  • échec scolaire

  • troubles du sommeil

  • malaises avec augmentation d’accident cardiaque (plus 5% les jours qui suivent le changement d’heure)

  • dérèglement de la mélatonine et du cortisol…

Les pédiatres gèrent ce décalage comme une « nouvelle maladie saisonnière ».

On peut, cependant, proposer des solutions simples chez les personnes sensibles en attendant les décisions de nos politiques, même si le décalage est automne est mieux supporté :

  • décaler plus tôt progressivement de 10 à 15 minutes l’heure du lever et du coucher la semaine précédent le changement,

  • favoriser l’élévation de la température le matin (douche chaude) et l’abaissement de la température le soir (douche ou bain de pied tiède ou frais)

  • faire de l’exercice en matinée et non en fin de journée

  • s’exposer en extérieur à la lumière du jour le plus possible (surtout le matin)

  • 1 cure d’Eleuthérocoque (plante adaptogène efficace pour les décalages horaires)

  • Valériane et Houblon en cas de trouble du sommeil

  • Walnut en Fleur de Bach

  • Des bourgeons de Romarin le matin et de Tilleul le soir

  • 1 cure de Magnésium Marin et de vitamine C naturelle

Le dimanche matin, après le changement, il est conseillé d’éviter une grasse matinée supplémentaire, afin d’aider l’organisme à s’ajuster rapidement, et de lui éviter un choc le lundi matin. Il faudra s’accorder rapidement au nouveau rythme le soir.

Encore une fois, il faut sortir, respirer et profiter de la lumière extérieure pour éviter les troubles du sommeil. Elle aidera à recaler notre rythme circadien.

Enfin, on peut suivre les conseils habituels d’hygiène du sommeil : pas d’excitant après 16h, pas de repas trop lourds ni trop alcoolisés le soir, faire une activité relaxante avant de dormir en évitant la télévision et autres écrans lumineux qui empêchent l’organisme de sécréter correctement la mélatonine.

Le retour à l’heure solaire serait une solution simple pour harmoniser notre quotidien, les rythmes scolaires, les transports et surtout notre santé.

Les symptômes

L’endométriose se caractérise par le développement anormal de la muqueuse utérine ailleurs qu’à l’intérieur de la matrice. Sensible aux taux d’hormones féminines en circulation, l’endomètre se développe dès la fin des règles, culmine au moment de l’ovulation et s’évacue sous forme d’hémorragie. De cycle en cycle, ce cercle vicieux s’intensifie et s’accélère jusqu’à une infertilité possible. Dans les cas extrêmes, les symptômes conduisent les femmes à un repli sur soi et des troubles relationnels importants. Ce phénomènes génère différents symptômes. La douleur est le symptôme majeur même si celle-ci n’est pas systématique.

La recherche de 5 signes peuvent alerter :

  • dysménorrhée (règles douloureuses) sévère n’ayant cessé de s’aggraver au fil du temps
  • douleur lors de la défécation pendant les règles
  • douleur pendant la miction lors des règles
  • douleur chronique du petit bassin
  • douleur profonde lors des rapports sexuels, tout particulièrement en seconde moitié de cycle.

Ces différents signes peuvent s’accompagner de pertes brunâtres avant les règles dans les urines ou dans les selles et de formation de kystes.

Une stérilité peut survenir dans 30 à 40 % des cas.

On valide le diagnostic grâce à un toucher vaginal ou à une échographie, l’IRM n’étant pas indiquée.

L’histologie (étude des tissus) permet de valider le diagnostic d’endométriose.

Cette affection concerne 30 000 femmes en France dont 80% ont entre 30 et 40 ans

Les causes

Toutes les causes de l’endométriose ne sont pas encore connues mais on peut les expliquer par les raisons suivantes :

  • toutes les règles ne s’évacuent pas par voie vaginale mais par le pavillon des trompes de Fallope et gagnent la cavité abdominale
  • la diffusion de cellules endométriales jusqu’à des tissus et des organes très éloignés de la sphère gynécologique
  • une défaillance du système immunitaire qui ne détruit pas les cellules répandues hors de l’utérus
  • un déséquilibre hormonal avec un excès d’estrogène ou insuffisance de progestérone
  • un choc psychologique ou émotionnel non digéré

    Par ailleurs, certains facteurs de risque ont été repérés :

  • être d’origine caucasienne ou asiatique
  • prédisposition génétique (gène DNMT3L)
  • une étroitesse du col utérin
  • une rétroversion du col de l’utérus
  • un indice de masse corporelle faible
  • une instabilité émotionnelle et un stress chronique
  • une alimentation pauvre en oméga 3
  • une intoxication par des pollutions (pesticides, phtalates, métaux lourds,…)
  • un usage fréquent d’écran solaire non biologique
  • une révision utérine après un accouchement, un curetage après un avortement, un antécédent de césarienne

Quelles solutions alimentaires ?

Le régime méditerranéen avec une alimentation biologique, de saison et des bonnes huiles riches en oméga 3. On peut associer une mono-diète de légumes ou de fruits crus ou cuits selon les tolérances pour nettoyer l’organisme et économiser l’énergie digestive.

L’hydratation régulière entre les repas est indispensable : jus de fruits et légumes frais maison, eau de source.

En collation, on va valoriser les noix du Brésil (2 par jour), les amandes et noix de Grenoble.

On va éviter les produits laitiers (sauf le beurre cru non pasteurisé le matin), la sauge, l’armoise, le ginseng et le soja et les excitants : café, thé, soda, excès de viande rouge et charcuteries.

Quelles solutions naturelles ?

  • Éviter la constipation avec l’usage de téguments de Psyllium blond au coucher.
  • Soutenir le foie (chargé de la métabolisation des hormones sexuelles)
  • Prendre des anti-inflammatoires naturels et des antioxydants
  • Traiter le stress
  • Faire des cures de Curcuma+poivre noir
  • Faire une cure de Pycnogénol
  • Prendre des Oméga 3 EPA
  • Traiter l’acidose par un complexe de minéraux
  • Soutenir l’équilibre hormonal

Un plus : les cures thermales

  • Bagnoles de l’Orne
  • Bourbon l’Archambault
  • Challes les Eaux
  • Luz Saint Sauveur
  • Saint Trojan les Bains
  • Dax
  • La Léchère
  • Luxeuil les Bains

Mes conseils : évitez les pollutions !!

Trop de portable, téléphone sans fil, éviter l’aspartame, l’alcool, le tabagisme passif et actif, l’eau du robinet, les colorants/parfums de synthèses/conservateurs/exhausteurs de goûts/de l’industrie alimentaire, le contact avec le papier d’aluminium (conserves, papillotes, emballage sandwich et chocolat, canette), le micro-onde, les plastiques alimentaires (préférer les plats en terre type ramequins), le téflon, les déodorants avec pierre d’alun ou aluminium, les cosmétiques non bio (crèmes pour le corps, visage, maquillage …), les médicaments inutiles, les produits d’entretien ménager biologiques et respectueux de l’environnement.

Bonne santé !

Corinne Allioux Goldfarbe, Naturopathe Iridologue

La spiruline est un « super aliment » bénéfique pour tous les âges de la vie. Elle est arrivée sur terre il y a environ 3,5 milliards d’années et représente une des premières formes de vie. Elle réalise la photosynthèse grâce à l’énergie lumineuse.

C’est une algue microscopique d’eau douce, unicellulaire, en forme de spirale, d’où son nom.

naturopathie et spiruline 2

Les Mayas utilisaient la spiruline comme aliment vital, les Aztèques la mélangeaient au maïs pour obtenir une sorte de pain et les Incas se baignaient dans un lac riche en spiruline pour soigner leurs affections cutanées et articulaires. Aujourd’hui, les habitants bordants le lac Tchad, l’utilisent encore de nos jours, dans une composition appelée « Dihé », associant millet, légumes et épices.

J’ai eu la chance cet été de découvrir dans le Calvados, une ferme à spiruline : l’Eco Domaine de Bouquetot à St Pierre Azif : c’est une ferme pilote et engagée dont les productions sont labellisées Ecocert. La visite permet de comprendre les différentes étapes de culture, d’apprendre l’historique de la spiruline et ses vertus. Une dégustation permet de comparer différentes productions d’horizons divers car chaque spiruline à son propre goût. Personnellement, je l’apprécie en poudre ou en paillettes pour l’incorporer facilement à toutes les préparations : compote, houmous, tartares d’algues, pâtés végétaux, terrines, pains ou muffins….

Vous pouvez avoir toutes les informations sur leur site : http://spiru.fr/

Quels sont ses principes actifs ?

  • les protéines (60 à 70% de son poids) et tous les acides aminés essentiels
  • la phycocyanine immuno-stimulante capable d’augmenter la concentration en globules rouges
  • les acides gras (8%) dont les oméga 6 et 3
  • les stérols anti-microbiens
  • le phosphore organique
  • les vitamines : A (bétacarotène), E, B1, B2, B3, B6, B12
  • la superoxyde-dismutase puissant antioxydant naturel
  • la chlorophylle purifiante
  • les minéraux et oligoéléments : Fer, Magnésium, Calcium, Phosphore, Potassium, Zinc

Pour qui ? Pour quoi ?

  • les végétariens
  • les enfants en pleine croissance
  • les femmes enceintes ou allaitantes
  • les sportifs
  • les personnes âgées
  • les personnes qui suivent des régimes amaigrissants
  • les personnes dénutries et carencées
  • les personnes en surmenage intellectuel ou physique
  • les troubles de la mémoire
  • la spasmophilie
  • le stress
  • la fatigue
  • la prévention hivernale
  • les pathologies hépatiques
  • l’hypercholestérolémie
  • le diabète
  • la cataracte
  • l’ostéoporose
  • le cancer en soutien

La toxicité ?

Aucune !

Quel dosage ?

Il n’y a pas de risque de surdosage mais comme tout complément nutritif, il est préférable d’augmenter les quantités progressivement.

Pour tous : 1 cuillère à café bombée par jour

En cas de fatigue, convalescence ou infections : 1 cuillère à soupe rase de poudre ou bombée de paillettes (soit environ 5 grammes)

En cas de compétition sportive, de grossesse ou allaitement, surmenage ou maladie grave : 10 g ou 2 cuillères à soupe

On peut diviser les doses par 2 pour les jeunes enfants.

Profitez tous de ce super aliment pour aborder la rentrée en pleine forme !

Corinne Allioux Goldfarbe, Naturopathe Iridologue


naturopathie et spiruline

 

naturopathie et spiruline 3

Le roaccutane est un traitement lourd destiné à traiter l’acné sévère. Il existe depuis les années 1980. Il est souvent prescrit à l’adolescence sans connaissance précise des effets indésirables.

Les effets secondaires sont à prendre au sérieux et nécessitent une mise en garde, une information et un soutien de l’organisme pendant et après le traitement s’il est indispensable. Il est toujours préconisé de commencer par des moyens naturels. Ils sont non toxiques pour l’organisme et efficaces, à condition d’être motivé et d’être prêt à modifier son alimentation et son hygiène de vie.

Comment agit le roaccutane ?

La molécule active, l’isotrétinoïne, est un dérivé de la vitamine A acide. Elle bloque l’excrétion du sébum par les glandes sébacées et provoque ce que l’on appelle une dérivation morbide. La peau fait partie de nos émonctoires au même titre que les intestins, les reins ou les poumons et nous permet d’éliminer des toxines sans danger. La peau n’est pas un émonctoire fragile. Elle prend le relais des reins pour éliminer des acides par les glandes sudoripares. Les glandes sébacées éliminent des déchets colloïdaux (épais), soulageant ainsi le foie, la vésicule biliaire et les intestins. Lorsque cette voie naturelle d’élimination est fermée, les toxines voyagent alors plus profondément dans le corps provoquant des troubles fonctionnelles, des pathologies voire des maladies auto-immunes quelques années après la fin du traitement.

Quels sont les effets sur la santé ?

Comme chaque personne est différente, les effets seront différents. Parfois, une simple sécheresse des muqueuses et de la peau mais parfois une dépression lourde avec des envies suicidaires. Selon la fragilité du terrain initial, les effets peuvent se faire attendre parfois des années même après l’arrêt du traitement. On observe des troubles de l’humeur, de l’anxiété, de l’agressivité, des syndromes psychotiques, des dysfonctions digestives plus ou moins importantes : intolérances alimentaires, syndrome de l’intestin irritable, MICI (maladie inflammatoire chronique de l’intestin), mais aussi des pathologies auto-immunes (maladie de Crohn, recto-colite hémorragique, Hashimoto…)

Que faut-il faire ?

Il est toujours temps de soutenir l’organisme. Si le traitement est en cours, il est indispensable de :

  • soutenir les fonctions hépatiques
  • soutenir les fonctions intestinales
  • combler les carences de l’organisme (à l’aide d’un bilan Oligoscan)
  • respecter une hydratation entre les repas : eau de source, tisane, jus de fruits ou légumes maison, smoothies
  • éviter les excitants : café, alcool, soda, tabac, drogues, excès de médicaments
  • mettre en place une diététique alimentaire de type Seignalet, fraîche et biologique
  • pratiquer une activité physique
  • supprimer tout les toxiques et pollutions : métaux lourds, cosmétiques non biologiques, eau du robinet, alimentations industrielles, vaccination non indispensable…
  • privilégier le sommeil régulier et la récupération
  • prendre la pilule pour les filles afin d’éviter toute grossesse
  • prévenir le médecin en cas de changement d’humeur et de comportement, de nausée, d’effet secondaire difficile à supporter
  • faire des bilans sanguins réguliers pour vérifier les paramètres

N’hésitez pas à en parler à votre naturopathe !

Corinne Allioux Goldfarbe, Naturopathe Iridologue

Bonjour à tous,

Pour la rentrée, je vous présente 2 nouveautés :

Le FORFAIT 4 SAISONS : vous pouvez bénéficier d’un forfait comprenant 4 consultations : 1 consultation par trimestre.

Chaque consultation comprend :

  • le bilan santé en hygiène vitale avec les conseils écrits et les fiches d’information
  • le bilan alimentaire personnalisé avec menus types et fiche alimentaire
  • le bilan Oligoscan « forfait nutrition » pour cibler les carences en minéraux et oligo-éléments et la présence de métaux lourds

Votre forfait est à 200 € pour l’année (au lieu de 260 €)

 

La PHOTO DE VOS IRIS en iridologie : désormais, associé au bilan en iridologie à l’aide d’un iridoscope réalisé en direct, je peux vous transmettre un cliché de vos iris. Il vous permet de mieux comprendre le compte réalisé à l’issue de la consultation et de suivre l’évolution de votre terrain. Une photo par an est conseillée et suffisante pour le suivi.

Le tarif de consultation reste inchangé : 80 € et 60 € pour le suivi

Je vous souhaite une belle rentrée !

2 adresses pour vous recevoir :

238 rue de Charenton 75012 Paris (les mardis et vendredis)

65 avenue Sainte Marie 94160 Saint Mandé (les autres jours)

hématogène

 

oeil mixte

Vous pouvez bénéficier d’un forfait comprenant 4 consultations : 1 consultation par trimestre.

Chaque consultation comprend :

  • le bilan santé en hygiène vitale avec les conseils écrits et les fiches d’information
  • le bilan alimentaire personnalisé avec menus types et fiche alimentaire
  • le bilan Oligoscan « forfait nutrition » pour cibler les carences en minéraux et oligo-éléments et la présence de métaux lourds

Votre forfait est à 200 € pour l’année (au lieu de 260 €)

Corinne Allioux Goldfarbe, Naturopathe Iridologue

La chaleur de l’été peut fragiliser la circulation veineuse et lymphatique. L’été est la saison idéale pour mettre en place une hygiène de prévention ou de soutien du système circulatoire et renforcer le drainage de l’organisme pour éliminer les toxines et nettoyer l’organisme des surcharges, des acides ou des pollutions emmagasinées. On pourra ainsi ressentir un bienfait moral, une légèreté, une peau raffermie qui s’expose à la lumière et un bien être général. Voici quelques règles simples à appliquer avec plaisir sans modération :

Les conseils alimentaires :

  • hydratation d’eau de source renforcée par petites gorgées régulières
  • éviter de trop boire avant le coucher en cas de rétention d’eau
  • éviter les excitants : café, alcool, soda, tabac et boire trop chaud
  • boire des jus de légumes maison : carotte, betterave, pomme douce, fenouil, gingembre
  • diminution des glucides (produits raffinés, pain, pâtisseries)
  • augmentation des fruits et légumes frais de saison (crus et cuits)
  • consommation de bonnes huiles : olive, colza, noix
  • consommation des fruits oléagineux : amandes, noix, noix du Brésil, noisettes
  • consommation d’ail, d’oignons et herbes aromatiques pour fluidifier le sang
  • diminution des viandes, charcuteries et fromages au profit du poisson et des œufs
  • cuisson douce à la vapeur

Les autres conseils de naturopathie :

L’activité physique pour transpirer, éliminer les déchets et profiter de la nature : natation, vélo, course, marche ou randonnée. En intérieur, la Chi Machine allège les jambes et relance la circulation veineuse et lymphatique en douceur. Les positions inversées (chandelles, jambes appuyées sur un mur…) sont également un soulagement quotidien

Se détendre, profiter de l’instant présent et laisser de côté les émotions négatives qui font prendre du poids

Libérer ses intestins avec des téguments de psyllium blond : il déstocke également les mauvaises graisses et les mauvais sucres en équilibrant le transit en douceur

Soutenir le travail du foie : cure d’artichaut, radis noir ou romarin

Ajouter un peu de vinaigre de cidre à l’eau de boisson pour améliorer la flore intestinale, l’équilibre acido-basique, diminuer la glycémie et favoriser les échanges cellulaires

Pratiquer l’hydrologie avec un jet d’eau fraîche sur les jambes en fin de douche (de bas en haut), un bain de pied frais avec du gros sel, un hammam ou jacuzzi

Masser les jambes de bas en haut avec un gel spécifique (Gel Jambes Fines chez Herbolistique) ou un mélange d’huile végétale de calophylle avec 1 goutte d’huile essentielle à alterner : cyprès, menthe poivrée, lentisque pistachier, citron (le soir) ou hélichryse italienne

Prendre de la bromélaïne (principe actif de la tige d’ananas) en cas de surpoids, d’œdème et rétention d’eau : Équilibre Circulation chez Biophenix

Faire des cures régulières d’antioxydants (vitamines A E C Zinc et Sélénium), bio-flavonoïdes et polyphénols

Prendre des plantes circulatoires : Confort Circulatoire chez Herbolistique (mélange de vigne rouge, hamamélis, fragon, cassis…) et consommer sans limite la tisane circulatoire

Enfin, évitez les vêtements serrés et surélevez le matelas ou les pieds du lit pour faciliter la circulation de retour

Bel été à tous grâce à la naturopathie !

http://www.herbolistique.com/

http://www.biophenix.com/

L’extérieur reflète l’intérieur !! La naturopathie va vous aider à combler les carences et magnifier votre peau, vos ongles et vos cheveux. Grâce à un bilan minéral effectué avec l’Oligoscan, vous pouvez cibler vos propres besoins pour ne pas surcharger l’organisme. En fonction de chacun (l’âge, l’hygiène de vie, l’alimentation, les traitements éventuels), il s’agira d’adapter un programme sur-mesure et complet pour réajuster les déséquilibres.

Les traitements externes agissent en superficie et l’assèchement et le manque d’éclat de l’épiderme nécessitent une alimentation et des compléments nutritionnels adaptés :

 

  1. Boire suffisamment : jus de fruits et légumes frais maison, eau de source, tisane, thé vert
  2. Adopter le régime méditerranéen : crudités, fruits, légumes, protéines maigres (volaille, fromage de brebis, poissons gras), bonnes huiles (colza, germe de blé, olive, noix), céréales complètes
  3. A limiter :Les produits laitiers : beurre, crème, fromages, glaces, desserts, laitLe gluten : blé, avoine, seigle, orge, grand épeautre, kamutLes graisses saturées (friture, fromages, viandes grasses)Les sucres rapides (crème dessert, pâtisserie, sucre blanc, gâteaux. .)Les médicamentsLes aliments acides : les produits laitiers, fruits acides et agrumes, légumes acides (tomate, oseille, épinard, asperge, cresson), protéines, jus de fruits, soda, vin blanc et champagne, cornichon et vinaigre, mielLe tabac, alcool, drogue et soleil en excès aux heures chaudes
  4. Le petit-lait : dépuratif cutané (eczéma et acné), régénérateur de la flore, stimulant intestinal, détoxiquant du foie, dépuratif
  5. La sève de bouleau fraîche et crue : au printemps diurétique et revitalisante en cure interne. En externe : elle tonifie le cuir chevelu et élimine les pellicules et démangeaisons
  6. La spiruline : comble les carences en vitamines et en oligoéléments et agit sur l’éclat de l’épiderme, des ongles et des cheveux
  7. Le pianto : c’est un concentré de légumes, de plantes aromatiques, de levures, de miels .. à consommer pur à raison d’une cuillère à soupe aux repas
  8. L’huile de bourrache : contient un acide gras essentiel qui augmente l’hydratation, la souplesse et la jeunesse de la peau
  9. Le zinc est nécessaire à la transformation des acides gras essentiels et également à la multiplication des cellules pour le renouvellement cutané
  10. Le bêtacarotène protège de l’oxydation en cas d’exposition au soleil par exemple
  11. La vitamine E présente dans l’huile de germe de blé est le protecteur des acides gras en les empêchant de s’altérer
  12. Les vitamines B et C : nourriture essentielle de la peau pour le renouvellement cellulaire et fabrication du collagène
  13. Nettoyer les intestins : psyllium blond et chlorure de magnésium
  14. Favoriser une flore saprophyte : pro et pré biotiques
  15. La vitamine D : éviter les carences en cas de vitiligo et psoriasis
  16. Phyto : Bardane et Pensée Sauvage : dépuratif peau et foie en cas de toxines (acné, eczéma suintant)
  17. Le gel d’Aloé Véra : partout sur le corps et visage pour hydrater ou cicatriser en cas de brûlure. En cas d’acné + HE de Tea Tree à mélanger
  18. Les huiles essentielles :
  • HE Géranium rosat : acné, mycose, eczéma, plaie, impétigo, astringent

  • HE Bois de Rose : antibactérien, mycoses, acné, rides, escarres

  • HE Romarin à Verbénone : peau sèche, ride, couperose, acné, varicosités

  • HE de Rose Damas (très cher) : antirides

  • HE de Tea Tree : pour problème infectieux et pur sur les boutons (remède universel : mycose…)

  1. Les huiles végétales :
  • huile de noyau d’abricot : tonifiante, nourrissante, hydratante, soin de beauté

  • huile de macadamia et argan : anti-âge

  • huile de noisettes : peaux fragiles et sensibles, ne laisse pas de film gras

  • huile de carotte : préparation au bronzage, antirides, antiacnéique

  • huile de millepertuis : régénération cutanée, photo sensibilisante

  • huile de jojoba : équilibre l’acidité de la peau, souplesse et élasticité à toutes les peaux

  • huile sacrée de Madagascar (mélange jojoba et calophyle + HE Lavande) : anti-inflammatoire et circulatoire (miraculeuse  pour tout problème)

Enfin, favorisez les cosmétiques bio et naturels car la peau absorbe en profondeur toutes les substances toxiques dans les tissus internes. La peau est aussi l’expression de nos conflits émotionnels et du stress négatif. Prendre soin de sa peau nécessite une prise ne charge globale : exercice physique, yoga, techniques de respiration, bol d’air Jacquier, relaxation, Fleurs de Bach, techniques de gestion du stress.

N’hésitez pas à faire le point pour protéger et préparer la peau avant l’été selon vos propres besoins avec votre naturopathe.

Corinne Allioux Goldfarbe,

Naturopathe, Iridologue