Le plus souvent, les troubles de la mémoire ou cognitifs sont liés à la fatigue, au stress, aux préoccupations voire à la dépression.

Pourtant, le cerveau ne vieillit pas et permet d’apprendre et de retenir jusqu’à un âge avancé. Mais il s’affaiblit lorsqu’il est moins stimulé au moment de la retraite ou en cas d’isolement mais aussi en raison de l’apparition de nouveaux outils comme le GPS par exemple.

Il faudra toujours être attentif aux troubles répétés de mémoire et difficultés de concentration car c’est le signe d’un mode de vie inadapté.

Le déficit cognitif est à ne pas confondre avec les premiers signes d’une démence sénile ou de la maladie d’Alzheimer qui entraîne une altération progressive mais définitive des fonctions cérébrales.

Quelques signes pour Alzheimer :

  • altération de la mémoire récente avec préservation des souvenirs anciens
  • atteinte du langage et de la capacité de décision
  • troubles de l’habileté
  • perte de reconnaissance des visages et des lieux

Quelque soit l’origine des symptômes, on peut ralentir, stabiliser ou améliorer par des solutions naturelles et alimentaires :

  • mettre en place une alimentation de type méditerranéenne : poissons et poissons gras, huiles riches en oméga 3 pressées à froids, fruits et légumes frais, ail et herbes aromatiques, noix et amandes
  • utiliser l’huile de coco directement utilisée par le cerveau
  • combler les carences minérales : magnésium, phosphore, antioxydants, oméga 3, vitamines B9 et B12
  • faire des cures de plantes : ginkgo biloba, petite pervenche, hamamélis, vigne rouge, curcuma
  • sélectionner les antioxydants dont Q10 et faire des séances de Bol d’Air Jacquier (oxygénation cellulaire)
  • consommer des produits de la ruche de qualité : pollen frais de bruyère et de châtaignier
  • équilibrer les neurotransmetteurs comme l’acétylcholine (mémoire à long terme, motivation, attention) grâce aux précurseurs et à la chrono-nutrition
  • se reposer et respecter son horloge biologique, traiter les insomnies selon le cas
  • solliciter son cerveau : musique, langue étrangère, voyage, relations sociales, loisirs, jeux, activités physiques
  • éviter les ondes nuisibles : wifi, portable, tablette, ordinateur, télévision…
  • faire un bilan des métaux lourds responsables des maladies dégénératives affectant les fonctions cérébrales grâce à un bilan Oligoscan
  • et enfin, gérer son stress !

N’hésitez pas à vous rapprocher des médecines douces pour faire un bilan et préserver votre mémoire.

Pour rappel, j’utilise avec succès l’Oligoscan. Il évalue, grâce à un spectrophotomètre qui mesure les concentrations tissulaires, les éléments suivants :

  • Minéraux et Oligoéléments : calcium, magnésium, phosphore, silicium, sodium, potassium, cuivre, zinc, fer, manganèse, chrome, vanadium, bore, cobalt, molybdène, iode, lithium, germanium, sélénium, soufre.
  • Métaux lourds : Aluminium, antimoine, argent, arsenic, baryum, béryllium, bismuth, cadmium, mercure, nickel, platine, plomb, thallium, thorium
  • Stress oxydatif : agressions et protections cellulaires
  • Activité hépatique de détoxication

La prise tissulaire se fait au niveau de la paume de la main sur 4 points de façon non invasive ni douloureuse.

Les résultats sont immédiats et faciles à interpréter.

L’intérêt est une étude du terrain qui oriente sur les priorités de l’organisme avec la connaissance : d’une acidose possible, intoxication, fragilité enzymatique, métabolique, tissulaire, cognitive, cardiovasculaire, immunitaire, hormonale, hépatique, émotionnelle ou nerveuse. On peut également déterminer la qualité de l’assimilation intestinale.

Jusqu’à 2016, l’Oligoscan était réservé aux adultes et jeunes de plus de 14 ans. Il est maintenant possible de faire un bilan à partir de 2 ans.

Ce bilan peut améliorer la santé des plus jeunes en cas de :

  • troubles de la croissance
  • carences, manque d’appétit, troubles digestifs
  • fatigue
  • autisme
  • allergie et baisse de l’immunité
  • hyperactivité ou manque de concentration
  • prévention

Pour effectuer un bilan, il faut prévoir les paramètres suivants :

  • date de naissance
  • poids
  • taille
  • groupe sanguin

N’hésitez pas à me contacter ou à consulter mon site : http://corinnegoldfarbe.fr/techniques-sante-naturelle/loligoscan/

Bonne santé à tous !

Les troubles de la thyroïdes touchent environ 200 millions de personnes dans le monde avec une prépondérance pour les femmes. Le récent scandale autour du Levothyrox révèle la fréquence de ces déséquilibres.

Il est cependant possible de réguler les dysfonctionnements de la thyroide grâce aux techniques de prise en charge naturelles.

C’est une glande en forme de papillon située au niveau de la gorge qui a de nombreuses fonctions sur notre métabolisme :

  • adaptation au milieu (système nerveux central) avec régulation de la température interne : la thyroïde fonctionne plus en hiver
  • effet sur les organes et tissus dont cœur, reins, sang…
  • développement de la peau et des phanères (chute de cheveux en cas d’hypothyroïdie)
  • contrôle du métabolisme : réglage de l’utilisation des lipides, protéines et glucides
  • croissance et maintien de la masse osseuse (très important chez l’enfant)
  • développement et activité du système nerveux central (très important chez le fœtus)

La thyroïde est sensible au stress et conflit émotionnel, aux polluants (tabac, alcool, pesticides), aux traitements (pilule, bêtabloquants…), aux dérèglements hormonaux (hyperoestrogénie), aux troubles hépatiques et rénaux, aux métaux lourds et amalgames dentaires et aux carences minérales (zinc, sélénium, iode, manganèse, soufre et fer)

Elle a en effet besoin d’iode au quotidien avec un besoin augmenté chez la femme enceinte.

L’iode est présente dans l’air marin iodé (en Bretagne) mais aussi dans l’alimentation :

  • algues de mer
  • sel iodé gris
  • morue fraîche
  • œufs
  • crustacés
  • haricots verts
  • ail
  • laitages
  • viandes
  • eau minérales

Mais attention, certains aliments inhibent la bonne absorption intestinale de l’iode :

les choux, choux fleurs, brocolis, navets, patates douces, manioc et rutabagas

A retenir :

En cas de diminution de la synthèse des hormones thyroïdiennes, la TSH (hormone régulatrice sécrétée par l’hypophyse) augmente = Hypothyroïdie

En cas d’augmentation de la synthèse des hormones thyroïdiennes, la TSH diminue = Hyperthyroïdie

Symptômes en cas d’hypothyroïdie :

  • fatigue et manque d’énergie
  • gain de poids
  • rythme cardiaque ralenti
  • irritabilité ou déprime
  • crampes et raideurs musculaires
  • constipation
  • visage bouffi, peau pâle et sèche
  • trouble des phanères : ongles cassants, chute de cheveux
  • voix grave et enrouée
  • cycle irrégulier chez les femmes
  • difficulté à se concentrer, perte de mémoire
  • Chez l’enfant : retard ou arrêt de croissance, constipation, pleurs enroués chez le nourrisson, difficulté à s’alimenter

Symptômes en cas d’hyperthyroïdie :

  • sueurs, peau chaude, mains moites et tremblements
  • soif
  • exophtalmie
  • goitre
  • tachycardie
  • diarrhée
  • nervosité et irritabilité
  • troubles de la concentration
  • perte de poids
  • faiblesse ou fonte musculaire
  • insomnie
  • aménorrhée chez les femmes

Comment soutenir la thyroïde naturellement ?

En naturopathie, la notion de terrain, propre à chacun est la base de la prise en charge. Il s’agira pour certains de rétablir :

  • les erreurs alimentaires => supprimer le lait animal et le soja
  • les troubles et déséquilibres hormonaux
  • le bon fonctionnement hépatique
  • les fragilités émotionnelles
  • l’équilibre nerveux en cas de stress et d’insomnie
  • les carences minérales et d’oligoéléments
  • l’activité physique

Pour cela, il faudra faire un bilan sanguin et Oligoscan

Prise en charge en cas d’hypothyroïdie :

Phyto : plantes adaptogènes (Eleuthérocoque, Rhodiola), Commiphora mukul, Bacopa

Vitamines B, C, D et E

Acides aminés : L thyrosine, arginine…

Aroma : He de romarin, myrte vert, clou de girofle

Minéraux : magnésium, zinc, iode et sélénium

Gemmothérapie : Figuier, Tilleul, Aubépine, Amandier, Cassis, Bouleau

Autres : lait de jument, lithotamne, silicium, zéolite activée, algues

Prise en charge en cas d’hyperthyroidie :

Phyto : jus de choux, valériane, mélisse, grémil, aubépine

Aroma : He de laurier noble, cardamone, coriandre, marjolaine

Vitamines B, C, D et E

Antioxydants

Minéraux : zinc, sélénium et lithium

Gémmothérapie : Aubépine, Viorne et Cornouiller

Autres : zéolite activée, complexe réparateurs du sommeil

Il existe des synergies complètes qui facilitent la prise en charge.

Bonne lecture et bonne santé à tous en ce début d’automne !

Les ondes sont des poisons quotidiens sans odeur, ni forme visible, silencieux mais agressifs pour l’homme insuffisant armé pour la quantité journalière : antennes relais, téléphones portables, wifi, téléphones sans fil, tablettes, ordinateurs, télévisions, micro-ondes et élélectricités… !

Les bébés, les enfants, les adolescents et les femmes enceintes représentent un public particulièrement vulnérable en raison de la fontanelle non refermée (jusqu’à l’âge de 2 ans environ) et de l’exposition du fœtus.

Les ondes peuvent ouvrir la barrière hémato-encéphalique des rats, entraînant la pénétration de toxines qui ont une répercussion sur les gênes et les brins d’ADN. De plus, chacun de nos organes a une fréquence propre qui est perturbée lorsqu’elle est traversée par des ondes électromagnétiques.

Il existe 3 niveaux de symptômes :

Le 1er stade est réversible :

  • douleur et sensation de chaleur dans l’oreille
  • troubles de la sensibilité au niveau du visage, des bras et mains (picotements, fourmillements…)
  • maux de tête et raideur de la nuque
  • fatigue chronique et inexpliquée
  • insomnie par diminution de mélatonine
  • trouble du comportement : irritabilité, violence, angoisse
  • oppression thoracique
  • tachycardie
  • acouphènes
  • hyperacousie
  • troubles visuels (vision floue, flash lumineux)
  • troubles digestifs : nausée, douleur abdominale, diarrhée ou constipation
  • perméabilité intestinale (visible en iridologie)
  • sensations de vertige, trouble de l’équilibre de la marche
  • troubles cognitifs et de l’apprentissage

Le 2ème stade, ou phase d’état, reprend les symptômes de la 1ère phase mais ils deviennent de plus en plus fréquents et d’intensité plus sévère (épuisement, insomnie, dépression, isolement social). Durant cette phase, les tests biologiques ou imageries médicales sont parfois perturbés mais pas toujours. A ce niveau, sans prise en charge, les risques d’hypersensibilités peuvent s’aggraver définitivement.

La dernière phase : sans prise en charge et éloignement des sources d’agression, la situation est irréversible.

Quelles sont les solutions naturelles d’aide et de soutien ?

Il faut :

  • pratiquer une détoxication profonde de l’organisme et renforcer l’hydratation en interne avec une eau osmosée, filtrée ou de source, des jus de légumes, de l’eau de coco ou boisson fraîche à base de macération de fruits et légumes
  • adopter une alimentation hypotoxique de type Seignalet
  • chélater les métaux lourds à l’aide de protocoles naturels en fonction des besoins et des résultat au bilan Oligoscan. Il s’agit aussi de retirer les amalgames dentaires grâce à un dentiste spécialisé pratiquant les déposes sans risque (me consulter)
  • renforcer le système immunitaire
  • lutter contre le stress oxydatif avec notamment la papaye fermentée et renforcer l’équilibre minéral (dont magnésium) et de vitamines (dont vitamine D). Les bons gras, ou oméga 3, devront être pris en alimentaire ou en compléments alimentaires selon les carences décelées.
  • et surtout : traiter la perméabilité intestinale et par voie de conséquence, la barrière hémato-encéphalique
  • prendre des douches et se laver les mains fréquemment pour soulager les symptômes (ou marcher dans l’eau de mer ou la rosée du matin)

Autres solutions complémentaires :

  • les fleurs de Bach pour la protection : dont Walnut
  • les pierres : tourmaline noire, labradorite
  • les plantes dépolluantes
  • pratiquer le yoga, qi gong, sophrologie, méditation
  • consulter un ostéopathe (avec un travail sur le crâne et la colonne vertébrale)
  • ne pas porter de vêtement synthétique, ni de bijoux en métal (conducteur) mais des vêtement en coton, laine ou cuir
  • le dispositif de protection Physio Protect chez Physiosens (voir mon article http://corinnegoldfarbe.fr/une-protection-contre-les-ondes/)
  • les protection CEM VIVANT à mettre sur les ordinateurs, lieu de travail ou appartement et téléphones portables
  • les vêtements anti-ondes
  • refuser le Linky
  • couper la wifi, débrancher la box et l’électricité de proximité du lit, éteindre son portable surtout dans les transports
  • téléphoner en haut parleur ou écouteurs et maintenir le téléphone à plus de 50 cm du corps, ne pas dépasser 6 minutes de conversation
  • éviter les ampoules basses consommation
  • enfin, déménager !

N’hésitez pas à me contacter pour toute information complémentaire

Bonnes vacances à tous !

Corinne Allioux Goldfarbe

Naturopathe Iridologue

06 65 70 94 89

Nous ne pouvons pas fabriquer les oligoéléments, mais ils sont présents dans notre corps en très petite quantité.

Ce sont des minéraux indispensables à notre santé qui sont des « starters » et accélérateurs de réactions biochimiques.

Ils sont utiles pour :

  • la structure de vitamines
  • les fonctions de défenses
  • l’action antioxydante
  • l’action anti-acide
  • la régulation de gènes

Ils existent sous 2 formes : minérale (gélules) et ionisées (liquide extraite de l’eau de mer). La forme ionisée est bio-disponible et n’a pas les éventuels effets indésirables des formes pondérales.

Notre alimentation est actuellement appauvrie en oligoélément en raison du raffinage des aliments, des techniques de cultures intensives qui appauvrissent les sols, des pesticides, des modes de cuisson et de conservation, de l’intoxication aux métaux lourds.

Le bilan Oligoscan est un spectrophotomètre qui permet de mesurer les concentrations tissulaires des minéraux et oligoéléments.

Voici quelques oligoéléments :

Le fer en oligoélément n’est pas oxydant . Il est toujours préférable de l’associer à des cofacteurs et une alimentation riche en protéine animale.

  • il réduit la fatigue et les symptômes d’anxiété
  • améliore les bilans hématologiques
  • améliore les fonctions cognitives et thyroïdiennes
  • améliore les carences des femmes enceintes et bébés
  • améliore l’immunité au niveau lymphocyte

Le manganèse est un grand activateur d’enzymes. Son rôle est reconnu dans la réaction immunitaire et allergique par un processus antihistaminique.

Le cuivre possède une action anti-inflammatoire et stimule le système immunitaire. C’est également un agent antiviral et anti-microbien. Il est indispensable au transport du fer et participe à la défense antioxydante. On l’utilise en aigu lors d’épisodes infectieux et s’associe bien au manganèse ou dans la formule cuivre/or/argent.

Le chrome est connu pour son action normoglycémiante (hypo ou hyperglycémie) et régulateur du poids lors des envies de sucre. La carence s’accentue avec l’âge, en cas de pré-diabète ou diabète mais aussi en cas de stress ou d’efforts intenses.

Le zinc est en concentration élevée dans les muscles, le foie, les organes reproducteurs masculins, les os, la rétine, la peau et les cheveux. Nos réserves sont faibles, diminuent avec l’âge et nécessitent un apport alimentaire régulier (sources de protéines animales et végétales). Il y a de fréquentes carences en zinc chez les femmes et personnes âgées. Il intervient dans :

  • l’équilibre acido-basique
  • le métabolisme hormonal (glycémie, surrénales…), la fertilité, les sucres, les graisses et les protéines
  • la synthèse des acides nucléiques (Adn), du collagène, des acides aminés soufrés
  • le fonctionnement du système immunitaire et cognitif
  • la protection antioxydante

Le silicium permet aux plantes de tenir droite. Dans le corps humain, il est présent dans la peau, les cheveux et ongles, les muqueuses et le tissu conjonctif (tendons, poumons…). Il a un rôle essentiel dans la croissance et le développement du squelette et du cartilages, participe à la minéralisation, la cicatrisation et la protection des artères. Il est également en compétition avec l’aluminium et diminue sont accumulation dans le cerveau. On peut le prendre sous forme minérale (prêle, bambou, ortie) en petite cure sans oublier la forme ionisée.

Le magnésium participe comme cofacteur à plusieurs centaines de réactions enzymatiques et les carences sont très fréquentes en raison des besoins conséquents. Le stress, l’insomnie, la caféine, le manque d’apport et le sport intensif favorisent sa carence. Il a de nombreux rôles sur l’ensemble de notre organisme mais on le préconise en cas de :

  • trouble de la contraction musculaire
  • fatigue et irritabilité
  • troubles neurologiques (migraines, mémoire, douleurs)
  • stress, hyperactivité et insomnie
  • trouble de la densité osseuse
  • protection vasculaire

Le molybdène possède de nombreux rôles physiologiques et une grande activité au niveau du foie et de l’intestin. Il participe notamment à la synthèse de la glutamine (protéine de régénération des cellules intestinales). Son besoin est accrue en cas de candidose, d’exposition à des substances toxiques, des maladies inflammatoires de l’intestin (Crohn par exemple) et des troubles de la malabsorption ou hypersensibilité au gluten.

Bonne santé !

Le glutathion est un antioxydant majeur que l’on fabrique naturellement à partir de précurseurs comme les acides aminés soufrés, fruits ou légumes. On ne le trouve pas directement dans l’alimentation mais on est capable de le fabriquer. Avec l’âge, ce mécanisme protecteur va s’altérer.

Le glutathion est présent dans toutes les cellules de notre corps et a de nombreux rôles :

  • il protège contre les radicaux libres qui abîment la cellule
  • il nettoie les cellules des toxines afin qu’elles puissent être éliminées de façon neutre
  • il participe au recyclage d’autres antioxydants (Vit C et E par exemple)
  • il agit sur le système immunitaire
  • il contribue à l’élimination des métaux lourds de l’organisme
  • il est anti-âge et protège contre les maladies dégénératives (Parkinson, Alzheimer…)
  • il protège le système cardiovasculaire (plaques d’athérome, cholestérol…) en empêchant l’oxydation du cholestérol
  • il protège en cas d’excès de sucre ou diabète
  • Enfin, il restaure les fonctions hépatiques en profondeur

Le glutathion existe maintenant sous forme liposomée hautement assimilable à 98% au niveau de l’intestin grêle, sans être altéré par les acides de l’estomac.

C’est une capsule de phospholipides destinée à véhiculer les substances actives directement au cœur de la cellule. C’est en raison de la structure lipidique similaire à celle des membranes cellulaires que la capacité d’échange passive et de pénétration dans la cellule est optimisée.

Les liposomes existent dans la nature comme pour le lait maternel par exemple.

Outre, l’assimilation, le liposome protège le principe actif et permet de réduire les effets secondaires.

Le glutathion liposomé chez Physiosens se prend à raison de 2 sprays directement en bouche, dans une petite cuillère ou mélangé dans de l’eau, avant le repas du soir. On peut faire une cure d’un ou deux flacons pour un effet renforcé. Le flacon ouvert se conserve au réfrigérateur.

Le code pour la commande = CE141

Le printemps est la saison idéale pour soutenir le foie et les fonctions hépatiques de régénération et détoxication.

N’hésitez pas à me demander des informations complémentaires

Bonne santé !

 

Nous sommes envahis d’ondes électromagnétiques particulièrement agressives : téléphone portable, bluetooth, 3 et 4G, wifi, ordinateur, tablette, micro-ondes, objets connectés, babyphone, Linky, GPS…

Elles représentent l’une des pollutions les plus dangereuses de ces dernières années par leur côté pervers : nous ne les voyons pas, nous ne les sentons pas, nous ne les entendons pas.

Pour beaucoup d’entre nous, c’est comme si elles n’existaient pas.

Pourtant, certaines personnes, dont je fais partie, ressentent des signaux corporels qui se manifestent à cette proximité quotidienne et excessive : téléphone dans la poche, wifi traversant tous les espaces jour et nuit, micro-ondes dans les restaurants, cantines et dans nos cuisines…

La société ne sait plus fonctionner sans ces ondes.

L’hypersensibilité est maintenant reconnue par certains médecins, elle est nommée HSEM (hypersensibilité éléctromagnétique) mais reste l’objet d’une controverse scientifique malgré quelques victoires juridiques.

La cour de cassation italienne a reconnu l’existence d’une maladie professionnelle liée aux ondes électromagnétiques, la justice a reconnue en France, en 2015, l’existence d’un handicap lié à une hypersensibilité.

Quelques symptômes qui peuvent alerter :

  • rougeur, picotement, sensation de brûlure au niveau dermatologique
  • fatigue, lassitude, difficulté de se concentrer
  • étourdissement, vertige, nausée
  • palpitation cardiaque
  • troubles digestifs
  • troubles visuels
  • maux de tête, acouphènes
  • douleurs inexpliquées
  • cancers

En dehors des quelques solutions de bon sens à mettre en place (bannir le four à micro-ondes, couper la box le soir, éteindre le téléphone portable, s’aérer…), j’ai découvert chez Physiosens, une broche de protection « Physio protect » à garder contre la peau toute la journée. Elle est issue de plusieurs années de recherche et procure une efficacité contre les pollutions électromagnétiques en absorbant l’électromog (pollution électromagnétique) et en utilisant cette source d’énergie comme une source de signaux biocompatibles.

Ce système français améliore une partie des symptômes au niveau stress, fatigue, sommeil, concentration et soulage les personnes électrosensibles. Il a été testé par EMITECH et certifié par la COFRAC.

Personnellement, je ne le quitte plus !

Avec le code CE141, vous pouvez bénéficier de frais de port à 3 € sur le site de Physiosens : http://physiosens.fr/fr/autres/138-broche-protect-wave.html

Bonne santé à tous !

La beauté des cheveux est le reflet d’une bonne santé. Même si pour les hommes la chute des cheveux, liée à l’hérédité, est difficile à améliorer, il y a des solutions simples qui s’adressent aux femmes mais aussi aux hommes pour entretenir le capital santé de la chevelure.

Les teintures chimiques sont particulièrement nocives et chargées en toxines et métaux lourds.

Vous pouvez faire confiance aux teintures végétales à base d’argile traitantes « Terre de couleur » qui fonctionnent aussi sur les cheveux gris et blanc : à faire soi-même ou chez un coiffeur biologique.

Une belle chevelure nécessite parfois des compléments nutritionnels adaptés et une alimentation équilibrée :

  1. Boire suffisamment : jus de fruits et légumes frais maison, eau de source, tisane, thé vert
  2. Adopter le régime méditerranéen : crudités, fruits, légumes, protéines maigres (volaille, fromage de brebis, poissons gras), bonnes huiles (colza, germe de blé, olive, noix), céréales complètes
  3. Manger des petits pois qui contiennent un principe actif anti-chute
  4. A limiter :
  • Les produits laitiers : beurre, crème, fromages, glaces, desserts lactés, lait, yaourts et fromages blanc
  • Le gluten : blé, avoine, seigle, orge, grand épeautre, kamut
  • Les graisses saturées (friture, fromages, viandes grasses, charcuterie)
  • Les sucres rapides (crème dessert, pâtisserie, sucre et pain blancs, gâteaux, produits raffinés)
  • Les médicaments non indispensables
  • Les aliments acides : les produits laitiers, fruits acides et agrumes, légumes acides (tomate, oseille, épinard, asperge, cresson), l’excès de protéines, jus de fruits, soda, vin blanc et champagne, cornichon et vinaigre, miel
  • Le tabac, alcool, café, drogue et soleil en excès aux heures chaudes
  1. Faire une cure en interne diurétique et revitalisante de Sève de Bouleau fraîche et crue de Végétal Water (Mon code de réduction = CO00283) : au printemps et à l’automne. En externe : elle tonifie le cuir chevelu et élimine les pellicules et démangeaisons
  2. La spiruline : comble les carences en vitamines et en oligoéléments et agit sur l’éclat de l’épiderme, des ongles et des cheveux
  3. Le zinc, les vitamines B et C, les acides aminés soufrés : sont des nutriments reconnus pour renforcer la texture des cheveux et des ongles, combler les carences, redonner de l’éclat et lutter contre les effets du stress et de la pollution
  4. Nettoyer les intestins : cure psyllium blond et chlorure de magnésium
  5. Favoriser une flore saprophyte : pro et pré biotiques adaptés

Vous pouvez adopter des recettes économiques et écologiques pour réparer et fortifier vos cheveux le plus régulièrement possible :

A faire tous les 10 jours : masque à l’argile blanche pour purifier et oxygéner les bulbes du cuir chevelu : mélanger l’argile à de l’eau de source dans un récipient en verre ou en plastique (aucun contact avec le métal) et appliquer en couche épaisse surtout sur les racines. Laisser poser 20 minutes (pas plus!) et rincer avec un shampoing biologique anti-chute

Ou suivre le protocole anti-chute de « Terre de Couleur » : appliquer le masque entre 5 et 20 minutes. Laver les cheveux avec le shampoing anti-chute (laisser poser 3 minutes) et appliquer le baume. Leur Site : http://www.terredecouleur.fr/

Chaque semaine : masser les pointes des cheveux avec de l’huile d’Argan, de Jojoba ou de Coco et laisser poser toute la nuit, la veille du shampoing.

Shampoing sans shampoing maison : faire une pâte avec du bicarbonate de soude et rincer au vinaigre de cidre (2 cuillères à soupe dans un flacon vide de 200 ml) => 2 à 3 cuillères à soupe de bicarbonate + eau de source pour obtenir une pâte. Mouiller les cheveux, masser, laisser poser quelques minutes (prendre sa douche par exemple) et rincer. Vous pouvez alors effectuer le rinçage au vinaigre de cidre et rincer à nouveau. Ce soin permet d’espacer les shampoings et s’inscrit dans une démarche écologique (méthode « No Poo » venue des Etats-Unis, article de Murielle Toussaint). Les cheveux sont propres, doux et brillants.

Ou même protocole mais avec du Rhassoul (argile volcanique). On peut même se faire un masque sur le corps ou le visage en cas d’acné et rincer sous la douche.

Le petit plus : masser doucement le cuir chevelu en décollant la peau mais sans frotter avant chaque shampoing et/ou le soir avant de se coucher.

Cocktail d’huiles essentielles anti-chute tous les 3 jours à laisser poser 5 minutes avant le shampoing : masser le cuir chevelu avec 3 à 5 gouttes du mélange :

  • HE Citron : 2 ml ou 40 gouttes

  • HE Bois de Rose : 1 ml ou 20 gouttes

  • HE Romarin à Verbénone : 1 ml ou 20 gouttes

  • HE de Bois de Cèdre : 1 ml ou 20 gouttes

  • HE d’Ylang Ylang : 0,5 ml ou 10 gouttes

  • + Huile végétale d’Argan : 10 ml

La coupe au rasoir chez Rémi Portrait : elle revitalise les cheveux et les améliore en cas de stress ou déséquilibre émotionnel

Et enfin : gérer le stress (cohérence cardiaque, respiration, sophrologie, yoga…)

Je vous souhaite une belle santé !

Corinne Allioux Goldfarbe

Naturopathe Iridologue

06 65 70 94 89

Il s’agit d’une fatigue persistante et inexpliquée de plus de 6 mois. Elle concerne tous les âges et particulièrement la tranche des 25 à 50 ans, avec un pic à 35 ans, mais certains adolescents peuvent aussi être touchés.

C’est une maladie multi-factorielles avec des déséquilibres endocriniens, nerveux, digestifs ou immunitaires associés à des dysfonctionnements métaboliques : acidose, stress oxydant, carences en nutriments entre autre.

Le bilan Oligoscan permet, à l’aide de mesures tissulaires, d’apporter une réponse à ces différents facteurs.

Quels sont les symptômes ?

  • sommeil non réparateur
  • difficulté de récupération après un effort, malaise
  • confusion, troubles de la mémoire et de la concentration
  • hypersensibilité au bruit et à la lumière
  • palpitations, arythmie cardiaque, pâleur
  • troubles digestifs, nausées
  • intolérances alimentaires, candidose
  • allergie, états infectieux et grippaux
  • douleur musculaire et articulaire

Quelles sont les causes ?

  • carences nutritionnelles et enzymatiques
  • toxines, déchets et présence de métaux lourds
  • manque de calories, alimentation déséquilibrée
  • stress oxydatif (surmenage, manque de récupération), carences en antioxydant
  • perturbation cellulaire et mitochondriale (production d’énergie cellulaire)
  • déséquilibre nerveux et hormonal
  • désordres émotionnels (stress affectif, contraintes du quotidien ingérables…)

Quelles sont les solutions ?

  • Équilibrage alimentaire avec des aliments frais, biologiques et non industriels
  • hygiène de vie en réduisant les charges toxiques
  • hydratation de qualité en dehors des repas
  • apport d’oxygène
  • équilibrage repos/activité
  • équilibrage du terrain : acido-basique, stress oxydant
  • apport de micronutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments, enzymes…)
  • cure de détoxication et revitalisation
  • et enfin : partage, amour, plaisir de vivre…

Si vous ressentez au moins 4 symptômes avec des paramètres sanguins normaux, n’hésitez pas à en parler avec votre naturopathe pour une prise en charge globale et personnalisée.

Bonne santé à tous !

 

La toxicité des amalgames dentaires n’est plus à prouver et transforme notre bouche en véritable danger.

« Il est tout à fait inacceptable de continuer à insérer une substance aussi potentiellement toxique dans la bouche des citoyens, alors qu’il existe des alternatives plus sûres » déclare Marios Matsakis (rapporteur de la Commission Européenne sur l’Environnement, la Santé Publique et la Sécurité Alimentaire).

Certains pays européens ont déjà arrêté les amalgames dentaires comme les pays nordiques. En France, la restriction est préconisée mais pas son interdiction en raison du faible coût des amalgames au mercure. Ils impliquent parfois, par personne, 200 fois le seuil d’alerte retenu dans le monde industriel.

Il est important de connaître la quantité d’amalgame, leur ancienneté, leur détérioration et leur toxicité selon le cas.

La dépose d’amalgame peut être envisagée et doit se faire sous certaines contraintes indispensables par des spécialistes (=> me contacter)

Quels sont les métaux dangereux ?

Il y a 25 métaux contenus dans les amalgames mais rappelons déjà les conséquences du mercure en bouche en raison de sa neuro-toxicité.

Il s’agit d’un métal hautement volatil et toxique. Sa présence est connue également dans les vaccins comme conservateur ou dans les gros poissons comme le thon.

Lors de la pose d’amalgame, sa présence, mélangée à d’autres métaux (étain, argent. ..), va jusqu’à 50% mais représente au final 40 à 45 % suite à son évaporation. L’intoxication a déjà commencé. Son émanation va se poursuivre au contact des aliments et de la mastication pour rejoindre la respiration, la circulation sanguine et le cerveau via le nerf olfactif. Le mercure aime les tissus mous : reins, glandes endocrines (hypophyse, thyroïde), sinus, cœur, foie, tissus nerveux et cerveau. Le mercure se transmet au fœtus via le sang et le lait de la mère provoquant des perturbations cérébrales voire de l’autisme surtout chez les garçons. L’audition est aussi affectée.

Les dentistes sont également particulièrement victimes de l’intoxication au mercure de par leur utilisation régulière ou la dépose d’amalgame sans précaution.

Les conséquences :

Les métaux toxiques constituent un facteur aggravant de certaines pathologies ou limitent leur guérison :

  • syndrome de fatigue chronique
  • maladies neuro-dégénératives (alzheimer, parkinson…)
  • fibromyalgie
  • autisme
  • trouble de l’attention
  • dépression
  • maladie auto-immune
  • intolérances alimentaires, candidose et allergie
  • la myofasciite à macrophages (uniquement induite par la vaccination de l’hépatite B)

Comment détecter les métaux lourds ?

On peut détecter dans les amalgames d’autres métaux lourds : l’argent, l’aluminium, le béryllium (cancérigène), le cuivre, l’étain, le gallium, l’indium et le zinc principalement.

Certains examens permettent de détecter les métaux lourds : l’analyse de cheveux, l’analyse sanguine ou d’urine et le bilan Oligoscan.

On sait que l’analyse de cheveux est peu fiable car le cheveux accroche les pollutions extérieures ce qui modifie ainsi le résultat de l’intoxication purement endogène. Les vapeurs de mercure et autres métaux lourds restent peu de temps dans le circuit sanguin et l’analyse d’urine n’est pas représentative de la charge en métaux lourd mais seulement de son élimination.

Le bilan Oligoscan, est une sorte de « biopsie lumineuse » utilisant le principe de la spectrophotométrie. Il mesure les réserves tissulaires de 14 métaux lourds et permet de suivre l’évolution d’une chélation s’il y a lieu. Il renseigne sur 2 indicateurs essentiels  :

  • la présence quantitative et indique l’exposition à laquelle le la personne fait face
  • la capacité d’excrétion et d’élimination des métaux

J’utilise cet appareil avec succès depuis 2 ans tout particulièrement dans le cadre d’une chélation mais pour bien d’autres applications.

Comment enlever les amalgames ?

Il s’agit de faire appel à un dentiste habilité à la dépose d’amalgame. Vous pouvez me contacter à ce sujet.

Il faudra préparer le terrain et protéger le foie et les intestins très impliqués dans la détoxication.

Il faudra aussi apporter à l’organisme tous les éléments nutritifs nécessaires pour permettre au foie la phase de sulfo-conjugaison permettant l’élimination de façon neutre des toxines.

La dépose d’amalgame est fortement déconseillée chez la femme enceinte ou allaitante.

Pour tous, elle ne doit se faire que s’il y a une suspicion vraie d’intoxication et non chez une personne en bonne santé.

Quoi faire au quotidien ?

  • Améliorer sa diététique : augmenter les acides aminés soufrés (haricots, œufs, poireaux, ail et oignons), les antioxydants, les aliments non industriels ni transformés
  • Prendre des compléments alimentaires à base de pectine, sélénium (il possède un effet protecteur contre la toxicité du mercure), acide ascorbique, cystéine, cystine, méthionine, soufre… ou des complexes adaptés
  • Un protocole de chélation encadré par un thérapeute en préventif ou curatif
  • Un suivi avec l’Oligoscan (mesure tissulaire des métaux lourds)
  • Limiter les expositions au mercure et aux pollutions (eau du robinet, alimentation non biologique surtout les légumes verts et salades)…

Je vous souhaite une belle année et une bonne santé !

Corinne Allioux Goldfarbe

Naturopathe Iridologue

Bilan Oligoscan

Tél : 06 65 70 94 89