Voici un super aliment parfaitement équilibré et adapté à notre microbiote à consommer sans modération !

Qu’est ce que c’est ?

Il s’agit d’un mélange unique et biologique composé d’une synergie d’aliments à base d’oméga 3 (100% des apports quotidiens), d’antioxydants, de fibres solubles prébiotiques et de probiotiques :

  • Farine de sarrasin sans gluten : riches en protéines, magnésium, calcium et minéraux (phosphore, zinc…), vitamines B, rutine (antioxydant protecteur des vaisseaux sanguins). A noter, que l’index glycémique du sarrasin est bas
  • Farine de lin jaune non oxydée riche en acides gras essentiels dont les oméga 3 et 6 pour soutenir le système cardiovasculaire
  • Inuline d’agave riche en fibres probiotiques pour favoriser une bonne flore intestinale et un bon transit avec 10 g par sachet
  • Thé vert gunpower riche en antioxydant, favorable à la détox, brûle graisse (anticholestérol) avec une action bénéfique sur le poids
  • Graines de fenouil moulues anti ballonnement et digestives
  • Antioxydants : extrait de romarin et marc de raisin pour protéger nos cellules

Quels sont ses bienfaits ?

Ce mélange permet d’équilibrer la santé pour tous en cas de :

  • surpoids et graisse abdominale
  • cholestérol et troubles cardiovasculaires
  • déséquilibre oméga 3 et 6 favorisant le surpoids et l’obésité
  • flore déséquilibrée : faiblesse immunitaire, antibiotiques, troubles de la digestion, douleur abdominale
  • carence nutritionnelle en cas d’alimentation déséquilibrée
  • constipation et troubles du transit (côlon irritable…)
  • mauvaise digestion
  • intolérances alimentaires
  • candidose
  • stress avec excès de cortisol (hormone du stress chronique) et troubles du sommeil
  • période de convalescence
  • ménopause et bouffées de chaleur avec régulation des oestrogènes
  • fatigue générale
  • grossesse
  • période de croissance
  • inflammation chronique ou douleur
  • etc…

Comment utiliser le Philobio ?

Tout est permis à condition d’éviter de trop le chauffer pour maintenir l’intégrité des oméga.

Il est présenté en sachet de 30 g.

Légèrement croustillant, son goût est agréable et rappelle la noisette.

On peut consommer 1 sachet par jour en cure régulière dans l’année.

  • Au petit déjeuner : muesli, porridge, compote, banane écrasée, yaourt, pudding de chia
  • Au déjeuner : salade, légumes crus ou cuits, céréales
  • En collation : boisson végétale, smoothie, lait végét al, jus pressé
  • Au dîner : soupe, céréales en salades, légumes vapeur, entremet
  • On peut l’incorporer aux pâtisseries ou pains maison (10% de Philobio pour 90% de farine)

Où le trouver ?

Chez Nutréine à Saint Rémy de Provence

https://www.nutreine.fr/

A tester : la barre amandes, framboises, cranberries au Philobio ou le complexe Philobiotic, enrichi en pré et probiotiques !

Bon appétit !

Qu’est ce que l’impédancemétrie ?

Il s’agit d’une mesure que l’on effectue sur une balance élaborée afin d’évaluer la composition de la masse corporelle.

L’IMC (indice de masse corporelle) est un indicateur pour mesurer la corpulence et son interprétation.

L’impédancemétrie est un moyen de contrôler et de suivre l’évolution de l’hydratation, la gestion du poids, l’état de forme générale et l’optimisation de la masse musculaire.

Les mesures peuvent être complétées par celle du tour de taille, autre indicateur de santé en cas d’excès.

Je vous propose au cabinet, l’utilisation de la balance avec un bilan transmis d’analyses et d’interprétations suite à la mesure.

Les mesures et bilans sont offerts au cours de la 1ère consultation ou consultations de suivi.

Dans le bilan, vous aurez les informations suivantes :

  • Poids

  • IMC

  • Masse graisseuse (poids et %)

  • Indicateur de graisse viscérale

  • Masse maigre

  • Masse musculaire

  • Eau corporelle totale (poids et %)

  • Masse minérale osseuse

  • Taux métabolique de base (nombre de calories dépensées au repos)

  • Age métabolique estimé

Qu’est ce que le taux de masse hydrique ?

C’est la quantité totale d’eau contenu dans le corps et exprimée en pourcentage de son poids total. L’eau est indispensable à la vie et à notre équilibre. Elle représente une part importante dans notre corps ainsi contenue dans les tissus, cellules et organes. L’hydratation est un grand facteur de santé et permet un fonctionnement efficace de notre organisme et de nos cellules.

Les niveaux d’eau fluctuent naturellement au cours de la journée et de la nuit mais certains facteurs peuvent aussi intervenir : la qualité et quantité des repas, l’alcool, le café, les diurétiques, le cycle menstruel chez la femme, la maladie, l’exercice physique et les baignades ou la température extérieure.

Voici les taux moyens observés sur des personnes en bonne santé :

  • Hommes : de 50 à 65 %
  • Femmes : de 45 à 60%

Qu’est ce que la masse musculaire ?

La masse musculaire comprend les muscles squelettiques, les muscles lisses (cardiaques, digestifs…) ainsi que l’eau contenue dans ces muscles. Les muscles ont un rôle essentiel dans la consommation d’énergie.

La fonte musculaire est préjudiciable pour la santé, sa prévention due au vieillissement ou à l’amincissement doit être prise en charge.

Référence de base :

  • Hommes : 44 %
  • Femmes : 31 %

La masse maigre

Elle complète la masse grasse et est composée des muscles, organes, os et peau principalement.

Références de base :

Hommes : 70-90 %

Femmes : 60-80 %

La masse minérale osseuse

Il s’agit de l’évaluation des structures osseuses. La prise en charge pour maintenir le capital osseux est globale au niveau de l’hygiène vitale : exercices physiques, alimentation, carences ou excès minérales, prévention adaptée selon l’âge.

Le pourcentage de masse grasse corporelle

Nous avons besoin d’un juste équilibre de lipides dans le corps mais un excès de graisse corporelle (surtout abdominale) peut induire des maladies métaboliques comme l’hypercholestérolémie, le diabète, les troubles cardiovasculaires, l’apnée du sommeil…

Il est interprété en fonction de l’âge, du sexe, de la taille et du poids.

On retient les valeurs moyennes de santé :

Hommes

Age

Bonne santé

Surpoids

Obésité

20 à 39 ans

8 à 20 %

21 à 25 %

> 25 %

40 à 59 ans

11 à 22 %

23 à 28 %

> 28 %

À partir de 60 ans

13 à 25 %

26 à 30 %

> 30 %

Femmes

Age

Bonne santé

Surpoids

Obésité

20 à 39 ans

21 à 33 %

34 à 38 %

> 38 %

40 à 59 ans

23 à 34 %

35 à 40 %

> 40 %

À partir de 60 ans

24 à 36 %

37 à 43 %

> 43 %

A éviter avant ou proche de la mesure

  • les repas copieux
  • l’activité physique soutenu
  • les produits stimulants : café, soda, alcool
  • la prise de boisson excessive ou la vessie pleine
  • la période de menstruation chez les femmes

Contre indications

  • Femmes enceintes
  • Porteurs de pace maker ou de prothèses métalliques

N’hésitez pas à me contacter pour toute information complémentaire sur ce sujet.

Bonne santé à tous !

Le psyllium a le vent en poupe et on le retrouve maintenant dans de nombreuses utilisations culinaires pour donner une consistance moelleuse aux recettes et apporter ses bienfaits sur la santé.

C’est avant tout l’ami de notre intestin par la douceur de sa régulation, que le transit soit trop lent ou trop rapide.

Il a l’avantage d’être sans gluten ni calorie.

C’est quoi ? 

Il s’agit de l’enveloppe de la graine du « Plantain des Indes », appelé aussi « Ispaghul » ou Psyllium Blond. Psylla signifie « puce » en grec car les graines sont très petites.

Le psyllium contient une forte teneur en mucilage mais il ne faut pas le confondre avec le psyllium brun plus pauvre en mucilage.

On l’utilise exclusivement en poudre que l’on peut conserver plusieurs années dans un bocal hermétique à l’abri de l’humidité.

Outre ses avantages culinaires, c’est l’un des principaux remèdes de l’intestin :

  • il améliore le péristaltisme et régularise la fréquence et qualité des selles
  • il régule diarrhée et constipation y compris en cas de colon irritable
  • il réduit les flatulences et ballonnements
  • il développe une flore bénéfique par son aspect prébiotique et génère des acides gras à courte chaîne (comme l’acide butyrique, source d’énergie et de défense du microbiote)
  • il nettoie les parois de l’intestin en absorbant les substances toxiques
  • il améliore les pathologies du gros intestin : fissures, hémorroïdes, diverticulites, côlon irritable, rectocolites, maladies inflammatoires, ulcères…
  • il régule l’appétit avec le mucilage qui forme un « gel coupe-faim » dans l’estomac
  • il diminue l’index glycémique du repas et facilite la perte de poids
  • il fixe les graisses en les empêchant ainsi de passer dans le sang

Sa composition :

  • polysaccharides
  • aucuboside (molécule) anti-inflammatoire, antiallergique, anti-spasmodique, antibactérien, antiviral
  • oligoéléments
  • potassium
  • mucilages (25 à 30% de la graine sèche)

Son action :

Les mucilages sont des substances végétales capables d’absorber jusqu’à 8 fois leur volume en eau. Ils retiennent l’eau des aliments digérés, ramollissent les selles dures et rendent les selles liquides plus consistantes en transformant l’eau des selles en gel.

Les mucilages ralentissent le passage des aliments de l’estomac vers l’intestin favorisant ainsi la satiété.

Pour qui ?

Le psyllium est autorisé pour les femmes enceintes et les enfants âgés de 6 ans

Mode d’emploi :

Il est préférable d’augmenter les doses progressivement :

  • 1 cuillère à café mélangée à de l’eau et consommée instantanément pendant 3 jours
  • 2 cuillères à café pendant les 3 jours suivants ou 1 cuillère à soupe le soir au coucher
  • Si besoin : 3 cuillères à café par jour.

On peut aller jusqu’à 3 cuillères à soupe par jour selon les besoins.

Il faut toujours accompagner la prise en buvant beaucoup d’eau.

Le gel se forme ainsi dans l’estomac.

Astuce pour les fêtes : prendre 1 cuillère à café de psyllium dans un verre d’eau avant les repas de fêtes. Il va tapisser et protéger le tube digestif et limitera les effets de l’alcool.

Précaution et contre-indications :

  • Les sténoses intestinales ou œsophagiennes
  • Les obstructions gastro-intestinales
  • La prise de psyllium peut nécessiter un réajustement des traitements antidiabétiques

Le psyllium en cuisine :

Le psyllium est apprécié en cuisine pour remplacer les œufs et la gomme de guar (ou de xanthane) notamment et son goût neutre permet de nombreuses variations culinaires : pains, gâteaux, cake salés ou sucrés, entremets.

C’est également un atout minceur et une aide précieuse pour les personnes au régime sans gluten. Il reste économique car il suffit d’en ajouter une très petite quantité (1 cuillère à café pour un cake par exemple)

Une recette santé au psyllium

3 poires crues ou l’équivalent d’un autre fruit (abricots, pêches…)

1 cuillère à café de purée d’amande blanche

1 cuillère à soupe de psyllium blond

Facultatif : poudre de vanille, chocolat fondu et 1 cuillère à soupe de sirop d’agave ou miel

=> mixer les fruits et la purée d’amande (+ vanille ou miel si besoin), ajouter le psyllium et bien mélanger.

Répartir dans des verrines et laisser prendre au réfrigérateur 4 heures avant de servir. On peut napper de chocolat noir fondu pour la présentation.

Bonne santé et bonnes fêtes !

On parle beaucoup de l’alimentation vivante, mais qu’est ce que c’est précisément ?

L’alimentation vivante est une alimentation qui véhicule une charge électrique et une information utiles au fonctionnement cellulaire (toute cellule est chargée positivement et négativement).

Les aliments contiennent une part d’énergie qui doit correspondre à nos besoins et non puiser dans notre énergie et nos réserves minérales.

Des instituts techniques d’agriculture (ITAB en France ou FIBL en Suisse) analysent la qualité d’un aliment et sa force vitale. Les aliments ne sont pas qu’une addition de nutriments, ils possèdent aussi une énergie mesurable.

Les bienfaits des aliments vivants sont essentiels à notre santé : protection antioxydante (contre les UV et radicaux libres), vitamines, minéraux, fibres, oligoéléments…

En effet, certains aliments sont dévitalisants :

  • café
  • sucre
  • alcool
  • viandes selon la qualité
  • aliments industriels et raffinés

Il y a aussi les traitements chimiques qui viennent déséquilibrer nos besoins :

  • hybridations, modifications génétiques
  • pollutions
  • mauvaise cuisson et autres traitements thermiques
  • raffinage
  • additifs et conservateurs
  • excitants
  • stockage
  • transports
  • irradiation des aliments

Exemple de la tomate :

Une tomate qui a subi plusieurs hybridations et pousse sous serre, hors sol, parfois irradiée n’a plus aucun bénéfice humain. A l’inverse, une tomate ancienne, mûrit au soleil et nourrit par une terre de qualité fera partie de l’aliment vivante : elle respecte l’environnement et notre organisme.

Voici donc quelques aliments vivants :

  • végétaux crus riches en pigments, enzymes, oxygène, eau vitale, oligoéléments, phytohormones, antioxydants, fibres…
  • myrtilles crues et cuites 3 mn à feu vif (augmentation par 100 de la quantité d’antioxydants)
  • champignons (mis 1 à 2h au bord de la fenêtre, ils seront plus riches en vitamine D)
  • pamplemousse rose (plus intéressant que jaune)
  • tomates (ne doivent jamais être conservées au réfrigérateur), pensez à la tomate Zebra (naturellement verte, elle protège du cancer du sein, foie, estomac et colon)
  • graines germées
  • sauces lacto fermentées : shoyu, tamari,
  • sel de l’Himalaya, sel de Guérande
  • gingembre et curcuma frais et en épice
  • jus de légumes à l’extracteur
  • supers aliments : spiruline, klamath, jus d’herbe, cacao cru, baies de goji, açaï, grenade…
  • pollen frais (non déshydraté)
  • épices biologiques
  • herbes fraîches aromatiques : persils, basilique, thym, romarin, coriandre, sauge…
  • l’eau de source

Favorisez donc à chaque repas, un peu de ces aliments vivants favorables à la santé !

Il s’agit de la cure saisonnière sans doute la plus pratiquée. Elle est drainante de tous les émonctoires, purifiante, revitalisante et rajeunissante.

Les fruits doivent être biologiques, à maturité et le plus frais possible pour apporter le maximum de bienfaits et d’efficacité.

La mono-diète permet une pause et une économie digestive de l’organisme ainsi qu’une digestion plus rapide.

Cette cure a été remise à l’honneur dans les années 30 par le Docteur Anna Brandt qui a rappelé le lien entre la nutrition et la maladie.

Comment faire ?

  • La cure : de 24 heures à 1 semaine mais le plus courant étant 2 à 3 jours. Commencer progressivement par 1 repas de raisin le 1er jour, puis 2 repas le 2ème jour avant de commencer la mono-diète complète le 3ème jour

    Il est préférable d’accompagner cette cure par une restriction alimentaire 2 jours avant le début : diminution des protéines animales, féculents, sucres rapides et aliments industriels.

    Préférer les crudités, fruits et légumes frais, graines germées, amandes et noix et huiles pressées à froid.

    En boisson : tisanes de romarin, ortie, pissenlit.

    En cas de constipation, il est important de libérer les intestins avec du psyllium blond par exemple.

    Une marche quotidienne ou une activité physique est largement conseillée ainsi que la diminution des excitants (café, alcool, tabac)

    Une oxygénation avec des séances de bol d’air Jacquier va permettre une meilleure détoxication de l’organisme.

  • En supplétif : on peut consommer vers 11 h et 17 h une grappe de raisin pendant 2 à 6 semaines. Les autres repas devront être légers afin de maintenir l’effet drainant. Mais on peut aussi pratiquer la mono-diète sur 1 des 3 repas (le soir de préférence) pendant quelques jours.

En pratique : la cure

  • laver soigneusement le raisin à l’eau vinaigrée
  • on peut alterner jus frais maison (en centrifugeuse ou extracteur par ex) et fruit frais voire raisins secs réhydratés pour éviter la monotonie
  • fragmenter les petits repas de raisins entre 3 et 6 par jour (toutes les 2 à 3 heures)
  • diminuer de la même façon après quelques jours et réintroduire des aliments digestes

La période : Septembre/Octobre

Quel raisin ?

Le blanc comme le chasselas est plus doux et bien équilibré en sucre. La peau est plus fine et moins irritante pour les intestins.

Le noir comme le muscat possède plus de tanins. Il est plus vitaminé que le blanc mais parfois plus irritant pour les intestins sensibles.

Les deux sont à alterner pour leurs nutriments différents.

Peut-on tout manger ?

Oui, on peut manger la peau et les pépins à condition de bien mastiquer. De nombreux nutriments sont contenus dans la peau et les pépins : des acides gras essentiels, des anthocyanes et flavonoïdes ainsi que les régulateurs du pH .

Les pépins peuvent être irritants chez les personnes aux intestins fragiles. Dans ce cas, il est possible de ne pas manger toutes les peaux et pépins.

La quantité : de 1 grappe à 2,5 kg par jour.

Les bienfaits :

  • augmentation de l’immunité à l’entrée de l’automne
  • revitalisation et meilleure énergie
  • reminéralisation
  • purification et assainissement de la peau, éclaircissement du teint
  • drainage doux et profond des reins et du foie
  • les intestins sont soulagés des putrescences et fermentations grâce aux fibres
  • l’organisme rajeunit grâce aux anti-oxydants
  • amélioration des rhumatismes, lithiases biliaires et de la goutte
  • bienfait notable sur les excès de poids avec l’élimination des toxines
  • protection du système cardio-vasculaire, du cerveau et moelle épinière
  • régénération globale

Les contres indications : les diabétiques ou personnes malades et affaiblies, les personnes acidifiées et amaigries. La pomme sera une alternative au raisin dans ces différents cas.

Les principaux constituants du raisin :

  • potassium, manganèse, calcium, magnésium, sodium, oxyde de fer et de magnésie, chlore, silice, acide phosphorique, iode, arsenic
  • vitamine A, B1, B9, C, P (protecteur vasculaire et visuel)
  • glucides directement assimilables
  • antioxydants, chlorophylle, polyphénols, flavonoïdes et resvératrol
  • richesse en eau

Bon appétit !

Nouveau dès septembre 2017 : profitez d’un moment convivial, pour aborder les principes d’une alimentation saine, équilibrée mais surtout personnalisée.

La consultation collective regroupe entre 3 et 4 personnes maximum pour une durée de 2 à 3 heures.

Au cours de cet entretien, nous ferons :

  • un bilan nutritionnel avec l’Oligoscan (prévoir son poids récent et son groupe sanguin)
  • une séance de Bol d’Air Jacquier pour oxygéner l’organisme
  • une étude des principes de la chrono-nutrition et de l’équilibre alimentaire
  • des repas types en fonction des goûts et contraintes de chacun avec une fiche de conseils
  • le point sur les intolérances alimentaires afin de mettre en place des alternatives santé

L’adresse : 25 passage des Panoramas 75002 Paris

Métro : Grands Boulevards, sortie n° 3 « rue Montmartre »

Prendre le passage sur la gauche et avancer tout droit. Au 2ème angle, tourner à gauche au niveau du « Coinstot Vino » : c’est la porte métallique sous le n° 25.

Le tarif : 50 € par personne (chèque ou espèces)

Les dates et horaires : du lundi au samedi sur rendez vous

Merci de réserver votre participation et de prévenir en cas d’annulation 48h à l’avance

Merci également de relayer l’information dans votre entourage.

Juil
28
0

Avec ou sans oeuf

L’œuf est une protéine parfaite, dite « idéale » car elle concentre tous les acides aminés y compris les acides aminés essentiels que l’on ne peut pas fabriquer.

Le blanc d’œuf est composé de protéine (11%), d’eau (87%) et de sodium.

Le jaune contient aussi des protéines (17%), des lipides (32%) dont 4% de cholestérol, de la lécithine qui permet d’améliorer le rapport entre le bon et mauvais cholestérol, des vitamines A, B2, B12, D et E, de la lutéine et zéaxanthine et des minéraux dont phosphore et fer.

L’œuf est donc conseillé en cas d’anémie, problème de vision, carence en protéine.

La meilleure façon de le manger, de le digérer et de profiter des ses bienfaits est :

le blanc cuit et le jaune coulant : pochés, au plat, coque ou mollet.

Attention à l’œuf dur riche en cholestérol et aux émulsions (œufs brouillés, omelettes) qui augmentent le temps de digestion et diminuent l’assimilation.

L’œuf se conserve au réfrigérateur et ne doit pas être lavé afin de maintenir l’intégralité protectrice de sa coquille.

Enfin, l’œuf est économique même en magasin biologique !

Cependant, il existe de nombreuses intolérances à l’œuf, et plus particulièrement au blanc d’œuf, en raison de sa présence dans les souches vaccinales faites aux jeunes enfants comme le ROR ou même dans le vaccin contre la grippe.

Voici donc une liste d’ingrédients pour remplacer les œufs dans une préparation salée :

  • des légumes crus râpés comme la courgette : galettes ou cake salé
  • des petits flocons d’avoine ou de sarrasin : galettes ou cake salé
  • de la purée de légumes : pâté ou terrine
  • de la farine de lupin, riz ou pois chiche : pâtes à tarte, galettes
  • de l’agar agar (algues gélifiante, 1 cuillère à café = 1 œuf) : flan salé ou aspic
  • du tofu soyeux (50 g = 1 œuf): mayonnaise, gratins, quiches
  • de la purée d’amande montée à l’huile et jus de citron : mayonnaise
  • de la crème de soja épaisse émulsionnée à l’huile : mayonnaise
  • le kuzu (fécule sans gluten extraite d’une racine, 1 cuillère à soupe = 1 œuf) : potage et sauce
  • des graines de psyllium (2 cuillères à café = 1 œuf) : elles forment un mucilage mélangé à un liquide (eau, bouillon…) pour épaissir une préparation

Voici une autre liste pour les préparations sucrées :

  • de l’agar agar : mousses, flans, gelée
  • du tofu soyeux : mousses, flans, crèmes
  • du jus de pois chiches ou aquafaba (celui du bocal ou le jus de cuisson fait maison) : à monter en neige comme du blanc d’œuf pour les meringues ou gâteaux
  • de l’arrow root (fécule sans gluten extraite d’une racine, 1 cuillère à soupe = 1 œuf) : à diluer à froid dans un lait végétal pour épaissir une préparation : entremets, biscuits, bouillies
  • de la fécule de maïs : mêmes utilisation et quantité que l’arrow root
  • le kuzu : dessert, coulis de fruits
  • le tapioca : pour épaissir un entremet
  • 1 banane écrasée (1 banane = 2 œufs) : pour épaissir un gâteau
  • de la compote de pommes : pour épaissir un gâteau
  • 1 yaourt animal ou végétal (50 g = 1 œuf) : pour épaissir un dessert
  • des graines de psyllium (2 cuillères à café = 1 œuf) : pour épaissir un gâteau, un pudding
  • des graines de chia (2 cuillères à café = 1 œuf) : à faire tremper dans un lait végétal aromatisé (cacao, vanille, cannelle, cardamome…) ou nature avec des morceaux de fruits pour fabriquer un pudding
  • de la purée d’amande : remplace le jaune d’oeuf pour les muffins, pâtes à tartes, crèmes…
  • de la gomme de guar ou de xanthane : liant spécifique aux pains ou gâteaux

N’hésitez pas à faire preuve d’imagination !

Bel été et bonne santé à tous

 

Nous sommes au printemps, période où la nature nous offre des antioxydants à travers les fruits colorés et légumes nouveaux. Les antioxydants protègent les cellules du stress oxydant contre les radicaux libres d’oxygène et leurs méfaits sur notre organisme : maladies cardiovasculaires, cancer, vieillissement cellulaire, inflammations…

La grenade est un des fruits les plus réputés en antioxydants par leur grande richesse en polyphénols qui neutralisent les radicaux libres et renforce les systèmes de défense. Elle contient également de la vitamine A, B5,B6,B9, C,E, cuivre et potassium associés aux tannins et acides favorables sur les artères.

La fermentation augmente l’assimilation par l’intestin grêle et décuple les bienfaits.

Pourquoi faire une cure de jus de grenade fermentée ?

  • En cas d’arthrite et d’inflammations en générale
  • de maladie d’Alzheimer par l’effet neuro protecteur
  • de cancer, trouble de la prostate ou de l’érection (grande prévention chez l’homme)
  • de grippe ou pathologies infectieuses
  • de prévention contre le cancer (surtout prostate, sein et côlon)
  • de protection des maladies cardiovasculaires, de l’hypertension, l’athérosclérose et cholestérol
  • de diabète et d’obésité
  • d’insuffisance rénale
  • de vieillissement et stress oxydant ou sport intensif
  • de plaque dentaire
  • de protection du système digestif : inflammation du foie et de l’estomac, dysbiose et parasites intestinaux
  • de troubles ostéo-articulaire : polyarthrite rhumatoïde, arthrose, rhumatisme, détérioration du cartilage
  • de maladies auto-immunes

Quel jus consommer ?

On peut acheter des grenades fraîches avec une écorce bien lisse sans brunissure et consommer les graines dans les salades, crudités, salades de fruits frais ou secs. Il faut prendre soin à enlever les membranes blanches qui enveloppent les grains en les faisant tremper.

On peut les mixer en coulis sur un gâteau, yaourt végétal ou entremet.

Le fruit se conserve bien au réfrigérateur au moins 1 mois.

Pour un effet plus thérapeutique : « Élixir de Grenade Fermentée » du Dr Jacob (qui a fait l’objet de nombreuses études) disponible dans certains magasins biologiques.

Je vous déconseille les jus et sirop en magasins dont la fiabilité n’est pas garantie.

Comment consommer le jus de grenade ?

En préventif ou pour accompagner une cure (printemps et automne), ½ verre de jus par jour est suffisant pendant 1 mois

En curatif, en cas de pathologie avérée, il faut boire 1 à 2 verres par jus par jour jusqu’à amélioration (associés aux autres traitements)

Il est conseillé de boire le jus à distance des repas, protéines ou produits laitiers (au moins 2h).

Attention : il s’agit d’une boisson riche en tanins donc très astringente en bouche et pas très agréable à boire. On peut aussi associer le jus fermenté du Dr Jacob à des salades de fruits, smoothie ou autres jus.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire le livre du Dr Jean Paul Curtay sur le jus de grenade fermenté.

Bonne santé à tous !

Nous ne pouvons pas fabriquer les oligoéléments, mais ils sont présents dans notre corps en très petite quantité.

Ce sont des minéraux indispensables à notre santé qui sont des « starters » et accélérateurs de réactions biochimiques.

Ils sont utiles pour :

  • la structure de vitamines
  • les fonctions de défenses
  • l’action antioxydante
  • l’action anti-acide
  • la régulation de gènes

Ils existent sous 2 formes : minérale (gélules) et ionisées (liquide extraite de l’eau de mer). La forme ionisée est bio-disponible et n’a pas les éventuels effets indésirables des formes pondérales.

Notre alimentation est actuellement appauvrie en oligoélément en raison du raffinage des aliments, des techniques de cultures intensives qui appauvrissent les sols, des pesticides, des modes de cuisson et de conservation, de l’intoxication aux métaux lourds.

Le bilan Oligoscan est un spectrophotomètre qui permet de mesurer les concentrations tissulaires des minéraux et oligoéléments.

Voici quelques oligoéléments :

Le fer en oligoélément n’est pas oxydant . Il est toujours préférable de l’associer à des cofacteurs et une alimentation riche en protéine animale.

  • il réduit la fatigue et les symptômes d’anxiété
  • améliore les bilans hématologiques
  • améliore les fonctions cognitives et thyroïdiennes
  • améliore les carences des femmes enceintes et bébés
  • améliore l’immunité au niveau lymphocyte

Le manganèse est un grand activateur d’enzymes. Son rôle est reconnu dans la réaction immunitaire et allergique par un processus antihistaminique.

Le cuivre possède une action anti-inflammatoire et stimule le système immunitaire. C’est également un agent antiviral et anti-microbien. Il est indispensable au transport du fer et participe à la défense antioxydante. On l’utilise en aigu lors d’épisodes infectieux et s’associe bien au manganèse ou dans la formule cuivre/or/argent.

Le chrome est connu pour son action normoglycémiante (hypo ou hyperglycémie) et régulateur du poids lors des envies de sucre. La carence s’accentue avec l’âge, en cas de pré-diabète ou diabète mais aussi en cas de stress ou d’efforts intenses.

Le zinc est en concentration élevée dans les muscles, le foie, les organes reproducteurs masculins, les os, la rétine, la peau et les cheveux. Nos réserves sont faibles, diminuent avec l’âge et nécessitent un apport alimentaire régulier (sources de protéines animales et végétales). Il y a de fréquentes carences en zinc chez les femmes et personnes âgées. Il intervient dans :

  • l’équilibre acido-basique
  • le métabolisme hormonal (glycémie, surrénales…), la fertilité, les sucres, les graisses et les protéines
  • la synthèse des acides nucléiques (Adn), du collagène, des acides aminés soufrés
  • le fonctionnement du système immunitaire et cognitif
  • la protection antioxydante

Le silicium permet aux plantes de tenir droite. Dans le corps humain, il est présent dans la peau, les cheveux et ongles, les muqueuses et le tissu conjonctif (tendons, poumons…). Il a un rôle essentiel dans la croissance et le développement du squelette et du cartilages, participe à la minéralisation, la cicatrisation et la protection des artères. Il est également en compétition avec l’aluminium et diminue sont accumulation dans le cerveau. On peut le prendre sous forme minérale (prêle, bambou, ortie) en petite cure sans oublier la forme ionisée.

Le magnésium participe comme cofacteur à plusieurs centaines de réactions enzymatiques et les carences sont très fréquentes en raison des besoins conséquents. Le stress, l’insomnie, la caféine, le manque d’apport et le sport intensif favorisent sa carence. Il a de nombreux rôles sur l’ensemble de notre organisme mais on le préconise en cas de :

  • trouble de la contraction musculaire
  • fatigue et irritabilité
  • troubles neurologiques (migraines, mémoire, douleurs)
  • stress, hyperactivité et insomnie
  • trouble de la densité osseuse
  • protection vasculaire

Le molybdène possède de nombreux rôles physiologiques et une grande activité au niveau du foie et de l’intestin. Il participe notamment à la synthèse de la glutamine (protéine de régénération des cellules intestinales). Son besoin est accrue en cas de candidose, d’exposition à des substances toxiques, des maladies inflammatoires de l’intestin (Crohn par exemple) et des troubles de la malabsorption ou hypersensibilité au gluten.

Bonne santé !

La caroube est une légumineuse qui vient du caroubier et ressemble à une grande gousse remplie de graines.

Les graines sont très souvent utilisées en alternative au cacao de par leur goût subtil mariant des arômes de cacao, vanille, noix de coco et caramel. On les trouve en poudre dans le commerce et personnellement je fais confiance à Sol Semilla. La poudre de caroube est biologique et vient du Pérou. Elle reste onéreuse mais il s’agit d’en consommer très peu selon les préparations, soit ½ à 2 cuillères à café par assiette ou bol.

La poudre de caroube fait partie des supers aliments en raison de ses nombreux nutriments et sa richesse en antioxydants. On dit que c’est un aliment « anti cancer ».

La carouble contient des protéines, de l’amidon, des vitamines (dont vitamine B et E) et des minéraux : calcium, fer, phosphore, magnésium, potassium et silice.

Elle contient également des sucres dont un sucre particulier qui a des propriétés épaississantes.

Elle contient une très faible teneur en graisse ce qui en fait un aliment anti cholestérol.

Mais elle est surtout réputée pour ses bienfaits sur l’estomac et l’intestin en raison de ses tanins et ses fibres (dont lignine et pectine).

La caroube ne contient ni caféine, ni d’acide oxalique (qui diminue l’absorption du calcium) ni gluten.

La caroube est recommandée en cas de :

  • diarrhée
  • nausée ou vomissement
  • excès de poids
  • cholestérol et troubles cardiovasculaires
  • ostéoporose
  • anémie
  • intolérance alimentaire
  • carence en protéine

Alors comment l’utiliser ?

Tout simplement en alternative au cacao dans toutes les préparations.

Voici 2 exemples :

Lait végétal au caroube pour le petit déjeuner ou goûter :

  • 1 bol de lait végétal non sucré (la caroube est déjà naturellement légèrement sucré)
  • 1 cuillère à café de carouble
  • Faire chauffer 5 à 8 minutes à feu doux

Pudding au caroube pour le petit déjeuner, goûter ou dessert :

  • 1 verre de petits flocons d’avoine ou de flocons de sarrasin
  • 1 cuillère à soupe bombée de raisins secs, ou canneberges ou baies de goji
  • 1 cuillère à soupe de poudre de caroube
  • Eau : 2 verres (15 cl) environ en fonction de la texture souhaitée
  • Facultatif : 1 cuillère à soupe de purée de noisette
  1. Mettre dans une casserole tous les ingrédients sauf la purée de noisette
  2. Faire chauffer pendant 5 à 8 minutes à feu doux
  3. Ajouter de l’eau si nécessaire
  4. Ajouter la purée de noisette en fin de cuisson (feu éteint)
  5. Répartir dans des coupes ou verrines et laisser refroidir

Bonne dégustation !